Tous les articles par iranfarkhondeh

Séance du 18 janvier – séminaire « Littératures d’Asie du Sud » : conférence de Thibaut d’Hubert (université de Chicago)

Cette séance aura lieu de 10h30 à 12h30 à la BULAC (salle RJ. 23).

Littérature narrative persane et poésie vernaculaire au Bengale, XVIIe-XVIIIesiècles

Au cours de la seconde moitié du XVIIIesiècle, un nouvel idiome littéraire vit le jour dans l’ouest du Bengale. Cet idiome mêle la langue et les formes prosodiques bengalies à un lexique fortement persanisé et certaines formes grammaticales hindoustanies. Appelé « dobhashi » ou « musalmani bengali » par les historiens de la langue et de la littérature bengalies, cet idiome devint le mode d’expression privilégié de poètes versés en persan et en hindoustani qui adaptèrent de nombreux récits de ces deux traditions linguistiques entre le milieu du XVIIIeet le début du XXesiècle. Afin de mieux comprendre les circonstances de la formation de cette tradition et les enjeux de son étude, je propose de me concentrer sur le rôle que jouèrent les dâstâns, ou récits narratifs persans en prose, dans la formation de cet idiome. Nous observerons la place que ces récits occupaient dans la culture de cour, mais aussi dans l’acquisition de la langue persane elle-même par ceux, musulmans et hindous, qui désiraient intégrer le domaine de la bureaucratie moghole. Je me tournerai ensuite vers l’adaptation en dobhashi du dâstân par excellence qu’est l’histoire de Amir Hamza. Le créateur de l’idiome dobhashi, Shah Garibullah, entreprit l’adaptation versifiée de cette histoire qui fut achevée en 1794 par son disciple, le poète Saiyad Hamza. Nous évoquerons le parcours de ces deux figures fondatrices de la tradition dobhashi et lirons certains extraits de leur adaptation en les comparant avec leur modèle persan.