Séminaire Littératures d’Asie du Sud: Barlen Pyamootoo, en conversation avec catherine Servan-Schreiber (12/04/2019)

Alors que Barlen Pyamootoo, écrivain mauricien francophone, vient d’achever la rédaction de son dernier ouvrage sur Walt Whitman (à paraître aux Éditions de l’Olivier), cette rencontre sera l’occasion de discuter de la façon dont le poète américain inspire son écriture romanesque. Nous reviendrons également sur le lien entre Maurice et  l’Inde, évoqué à travers son emblématique roman Bénarès (1999), ou encore un récit biographique comme Salogi’s (2008). Le rôle phare de l’écrivain dans la promotion des cultures créoles et francophones de l’île Maurice est également bien connu, notamment grâce aux maisons d’éditions qu’il a fondées; la discussion ouvrira sur les perspectives qui orientent son engagement. 

Écrivain francophone d’origine tamoule né à l’île Maurice, Barlen Pyamootoo incarne l’esprit pionnier qui anime les auteurs les plus représentatifs de la nouvelle génération indo-océanique. Il a publié trois romans,  Bénarès(1999, dont il a lui-même réalisé l’adaptation cinématographique en 2006), Le Tour de Babylone (2002), L’Île au poisson venimeux(2017), et un récit, Salogi’s (2008), tous parus aux Éditions de l’Olivier.  

Anthropologue au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Catherine Servan-Schreiber travaille notamment sur les diasporas indiennes dans l’Océan Indien, en particulier à l’Île Maurice. Elle anime à l’EHESS avec Matthieu Claveyrolas et Julie Peghini le séminaire “Mondes Insulaires de l’Océan Indien”, et vient de publier, avec T. Chanda, Écrivains contemporains de l’Île Maurice: les voix francophones (Siècle 21 n°32, 2018).

SÉMINAIRE LITTÉRATURES D’ASIE DU SUD : ROLAND LARDINOIS (15 MARS 2019)

Vendredi 15 mars 2019 | Roland Lardinois (CNRS/CEIAS)

Un genre émergent dans la littérature indienne de langue anglaise : la littérature d’ingénieurs

Le développement sans précédent de l’enseignement technologique supérieur afin de répondre aux besoins en main-d’œuvre du secteur des technologies de l’information, à partir des deux dernières décennies du xxe siècle, s’est traduit par l’émergence d’un genre littéraire de langue anglaise que je désigne comme une littérature d’ingénieurs. Le roman de Chetan Bhagat, Five Point Someone. What not to do at IIT (2004 ; Des garçons très moyens. Ce qu’il ne faut surtout pas faire dans un IIT), bestseller vendu à plus d’un million d’exemplaires, marque l’apparition de ce genre parfois catalogué de manière partielle, sur le modèle littéraire anglo-saxon, de « campus novel ». Dans ce séminaire, je présenterai donc cette littérature d’ingénieurs comme genre littéraire pour en décrire les conditions d’émergence, et je m’attacherai à l’analyse de quelques romans, ceux de Chetan Bhagat, mais aussi de Ketan Bhagat, d’Amitabha Bagchi, de Parul Mittal, de Suddha Murthy ou de Karthik S. par exemple. Je dégagerai deux voies d’approche possible pour analyser cette littérature. La première consiste à considérer ces romans comme décrivant la biographie collective de jeunes indiens partageant une expérience sociale commune au début du xxie siècle. La seconde conduit à interroger ce que nous disent ces romans sur la place de la profession d’ingénieur dans l’imaginaire de familles issues des fractions des classes urbaines, éduquées et anglophones de l’Inde contemporaine.

Séance du 15 fevrier – Séminaire « LITTÉRATURES D’ASIE DU SUD » : conférence D’Iris Iran Farkhondeh (Univesrité Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

L’humour dans la littérature sanskrite : 

la Samayamātṛkā de Kṣemendra,

essai d’histoire littéraire

La Samayamātṛkā (1049/1050) est un texte satirique du XIe siècle, rédigé en sanskrit au Cachemire par Kṣemendra. Ce polygraphe prolifique se démarque dans l’histoire de la littérature sanskrite par la rédaction de cinq poèmes satiriques. Kṣemendra offre dans la Samayamātṛkā le récit de l’instruction qu’une matrone rouée accorde à une jeune courtisane dans les ficelles de son métier. Parmi les différentes traductions possibles du titre, on retiendra les deux sens principaux à savoir « la mère par contrat » ou bien la « matrone (qui veille) aux rencontres » (c’est-à-dire celle qui les organise et qui les filtre). 

Instruction des courtisanes ou satire édifiante ? En réalité, le plaisir du texte semble l’emporter dans l’esprit de Kṣemendra. Une dimension édifiante existe bel et bien dans ses satires mais l’auteur n’a rien d’un Juvénal. La Samayamātṛkā ne dépeint pas avec amertume les courtisanes et leurs matrones, les galants et les divers parasites qui semblent d’ailleurs être les cibles principales de la satire. L’auteur s’en tient à une description des personnages où le comique de situation prime. La dérision apparaît dans la Samayamātṛkā, d’abord et avant tout, comme une occasion de partager un sourire espiègle et complice avec les sahṛdaya, ceux qui ont le même goût pour le sel du texte.

À travers la présentation de la Samayamātṛkā et à travers l’étude des divers procédés humoristiques qu’emploie l’auteur, on tâchera de voir ce qui, dans la littérature sanskrite, fait rire le lecteur. La mise en perspective du texte au sein de la littérature sanskrite permettra de distinguer l’originalité du style de Kṣemendra des traits d’humour que l’on retrouve dans d’autres textes et qui ont pu pour certains nourrir la créativité de notre auteur.

Séance du 18 janvier – séminaire « Littératures d’Asie du Sud » : conférence de Thibaut d’Hubert (université de Chicago)

Cette séance aura lieu de 10h30 à 12h30 à la BULAC (salle RJ. 23).

Littérature narrative persane et poésie vernaculaire au Bengale, XVIIe-XVIIIesiècles

Au cours de la seconde moitié du XVIIIesiècle, un nouvel idiome littéraire vit le jour dans l’ouest du Bengale. Cet idiome mêle la langue et les formes prosodiques bengalies à un lexique fortement persanisé et certaines formes grammaticales hindoustanies. Appelé « dobhashi » ou « musalmani bengali » par les historiens de la langue et de la littérature bengalies, cet idiome devint le mode d’expression privilégié de poètes versés en persan et en hindoustani qui adaptèrent de nombreux récits de ces deux traditions linguistiques entre le milieu du XVIIIeet le début du XXesiècle. Afin de mieux comprendre les circonstances de la formation de cette tradition et les enjeux de son étude, je propose de me concentrer sur le rôle que jouèrent les dâstâns, ou récits narratifs persans en prose, dans la formation de cet idiome. Nous observerons la place que ces récits occupaient dans la culture de cour, mais aussi dans l’acquisition de la langue persane elle-même par ceux, musulmans et hindous, qui désiraient intégrer le domaine de la bureaucratie moghole. Je me tournerai ensuite vers l’adaptation en dobhashi du dâstân par excellence qu’est l’histoire de Amir Hamza. Le créateur de l’idiome dobhashi, Shah Garibullah, entreprit l’adaptation versifiée de cette histoire qui fut achevée en 1794 par son disciple, le poète Saiyad Hamza. Nous évoquerons le parcours de ces deux figures fondatrices de la tradition dobhashi et lirons certains extraits de leur adaptation en les comparant avec leur modèle persan.

Séance du 11 décembre – Séminaire « Littératures de l’Asie du Sud »- Concert-conférence avec Ashwini Bhide-Deshpande

 Mardi 11 décembre 2018 | Ashwini BHIDE-DESHPANDE                       18h30-20h – à l’auditorium du Pôle des langues et civilisations

Créer l’enchantement : concert-conférence autour des répertoires poétiques et chantés de la musique hindoustanie (Inde du Nord)

Dans une discussion animée par l’anthropologue Ingrid Le Gargasson et l’ethnomusicologue Jeanne Miramon-Bonhoure, la chanteuse classique Ashwini Bhide-Deshpande abordera plusieurs aspects de son répertoire. Elle évoquera la dimension performative des textes poétiques, qu’il s’agisse de ses créations ou de chants « traditionnels » présentés dans le genre khyāl — le principal genre vocal de la musique hindoustanie — ou de la poésie mystique des grands saints de la Bhatki pour les genres bhajan et abhang. Il sera question de ses inspirations et des liens complexes entre poésie, musique et émotion, autant de thèmes qui seront illustrés par la présentation de quelques chants.

Excellant dans l’art du khyāl, Ashwini Bhide-Deshpande est l’une des chanteuses classiques indiennes les plus acclamées du moment. Elle sera accompagnée pour l’occasion de trois musiciens : Vinod Lele au tabla, Vinay Mishra à l’harmonium et Ashish Verma au tanpura.

Séance organisée dans le cadre du 22e Festival de l’Imaginaire de la Maison des cultures du monde, en partenariat avec la BULAC et l’association Kalasetu.

Séance du 9 novembre – Séminaire « Littératures d’Asie du Sud » : conférence de Caterina Guenzi (EHESS, CEIAS)

Récits exemplaires de vies ordinaires : les biographies multi-vie de la Karmavipākasaṃhitā

La Karmavipākasaṃhitā est un traité sanskrit décrivant les vies passées des patients d’un astrologue qui souffrent, dans la plupart des cas, d’infertilité, ainsi que les procédures rituelles à suivre en vue de l’obtention d’un fils. Sous la forme d’un dialogue entre Śiva et Pārvatī, il contient 108 biographies multi-vie, chacune correspondant à un chapitre. Ces biographies sont établies à partir de la configuration astrologique de naissance, calculée sur la base des quatre divisions (caraṇa ou pada) qui composent les vingt-sept constellations lunaires (nakṣatra) (27 X 4 = 108). Les vies antérieures font l’objet de récits détaillés qui suivent une structure narrative constante : première naissance (nom de la personne, ville ou village d’origine, caste, famille, métier, personnalité, etc.), accomplissement de bons et mauvaises actes, mort, séjours aux enfers ou au paradis, éventuelles renaissances animales, renaissance humaine et souffrances actuelles.

Dans cet exposé, en prenant appui sur ma traduction en cours, j’interrogerai le statut littéraire de ce texte composé en Inde du Nord probablement au début du XVIIIe siècle. Par la place qu’il accorde à la dimension narrative et à l’étude de cas, ainsi que par son usage pragmatique de la théorie du karma, ce texte occupe une place très singulière dans l’histoire de la littérature indienne, et brahmanique en particulier. Il diffère radicalement des autres traités astrologiques où la destinée est établie en fonction des configurations astrales de naissance (jātakaśāstra) et se rapproche, par certains aspects, des récits multi-vie sur les effets du karma produits en contexte jaina ou bouddhiste. En examinant la manière dans laquelle ce texte combine approche normative des śāstra et style narratif, théorie et étude de cas, description et fiction, nous interrogerons son appartenance à un genre littéraire à part entière.

Cette séance aura lieu de 10h30 à 12h30 à la BULAC (salle RJ. 23).

Programme 2018-2019 du séminaire « Littératures d’Asie du Sud »

Séminaire ouvert à tous

10 octobre 2018 – 17h-19h | Gautam Pemmaraju

Projection du documentaire A Tongue Untied—The Story of Dakhani, suivie d’un échange avec le réalisateur.                                                              Séance conjointe avec le département Asie du Sud & Himalaya de l’INALCO – amphithéâtre 8

9 novembre 2018 | Caterina Guenzi (EHESS, CEIAS)

Récits exemplaires de vies ordinaires. Les biographies multi-vie de la Karmavipākasaṃhitā

11 décembre 2018 – 18h30-20h | Ashwini Bhide-Deshpande en discussion avec Ingrid Le Gargasson et Jeanne Miramon-Bonhoure

Créer l’enchantement : concert-conférence autour des répertoires poétiques et chantés de la musique hindoustanie (Inde du Nord).      Dans le cadre du Festival de l’Imaginaire de la Maison des Cultures du Monde, auditorium de l’INALCO

18 janvier 2019 | Thibaut D’Hubert (Université de Chicago)

Littérature narrative persane et poésie vernaculairedans l’est de l’Inde, XVIIe-XVIIIe siècles

15 février 2019 | Iran Farkhondeh (Université Sorbonne Nouvelle, MII)

L’humour dans la littérature sanskrite : la Samaya-mātṛkā de Kṣemendra,essai d’histoire littéraire

15 mars 2019 | Roland Lardinois (CNRS, CEIAS)

Un genre émergent dans la littérature indienne de langue anglaise :  la littérature d’ingénieurs

12 avril 2019 | L’écrivain mauricien Barlen Pyamootoo en discussion avec Catherine Servan-Schreiber (CNRS, CEIAS)

17 mai 2019 | Eve Tignol (Université d’Aix-Marseille, IrAsia, CEIAS)

Écrire la honte : une étude préliminaire de périodiquesourdous du début du XXe siècle

21 juin 2019 | Anne Murphy (University of British Columbia)

A language and a cause : Progressive politics and the literary in the fight for Punjabi in India and Pakistan

Le séminaire est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC

Coordinateurs scientifiques :                     

Anne Castaing (CNRS/CEIAS), Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle/MII), Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle/CERC), Ingrid Le Gargasson (U. Sorbonne Nouvelle/MII/ CREM)

Contact : projetdeli2015@gmail.com

International Conference – Literary Circulations in South Asia: Producing, Translating, Preserving Texts

TUESDAY 21/08

9h30 Inaugural Session

Welcome address by IFP and the DELI team

Presentation of the DELI project

Introduction to the conference

10h Keynote address by Abhijit Gupta (Jadavpur University)

Two Centuries of Indian Print.

10h30 Coffee break

11h Session 1

Heleen De Jonckheere (Ghent University)

‘Examining Religion’ through Generations of Jain Audiences: The Circulation of the Dharmaparīkṣā Tradition.

Shalin Jain (Delhi University)

Constructing Knowledge and Circulating Perceptions: The Jain Vigyaptipatras in Early Modern South Asia.

Prakash V. (Inst. Français de Pondichéry)

Tinai: Love, Nature, Landscape. The Place and Its Development in Tamil Literary Tradition.

12h30 Lunch

14h Session 2

 Kedar Kulkarni (FLAME University)

The Manuscript and the Anthology in Colonial India.

Cezary Galewicz (Jagiellonian University)

The Veda, the Imperial Typography and Regional Print Cultures in Colonial India.

Catherine Servan-Schreiber (CNRS/CEIAS)

History of Publishing Indian Popular Literature: Printing andCirculation of Bhojpuri Chapbooks inside the North India Book Market Economy.

16h Session 3

Sushmita Banerjee (Delhi University)

Persian Taz̠kirāt-s and Circulation of Knowledge in Sixteenth Century North India: Tracing Narratives and History in the Ak̲h̲bār al-Ak̲h̲yār.

Zahra Shah (Governement College University, by Skype)

The Key to the Hearts of Beginners: Gender and Movement in an Eighteenth-Century Persian Text.

WEDNESDAY 22/08

9h30 Session 4

Krupa Shah (IIT Gandhinagar)

Reading Hothal: Language Travel and Multilingualism.

Vinoth M. (Inst. français de Pondichéry) & Thiagarajan S. (Sri Jayendra Saraswathi Ayurveda College)

Challenges in Translating Sanskrit Drama: The Case of the Tamil Translation of Bhavabhūti’s Mālatīmādhava.

Ashokan C. Nambiar (Delhi University)

Producing a “New”: Kandathil Varghese Mappila (1858- 1904) and the Emergence of a Modern Literary Space    in Malayalam in Nineteenth-century Kerala.

11h Coffee break

11h15 Session 5

Namrata Rathore Mahanta (Banaras Hindu University)

The Journey of the Vrata Narrative in Vārāṇasi: From the Purāṇa-s to Popular Tracts.

Tanima Dey (Jawaharlal Nehru University)

Text and Context: 18th Century Bengali Literary Culture in Cachar and Tripura.

Dhurjjati Sarma (Gauhati University)

Transcreating the Ramayana in Assamese: Madhav Kandali’s Satkanda Ramayana.

12h45 Lunch

14h Session 6

Marielle Morin (CNRS/CEIAS)

Reading between the Shelves: Books and Public Libraries in Colonial Bengal.

Debashree Dattaray (Jadavpur University)

Rearticulating Indigenous Knowledge Systems: Institutional and Cultural Practices in Karbi Anglong, Assam.

Jayadhir Thirumala Rao (Government Oriental Manuscripts Library, Hyderabad)

The Indigenous Text and Preservation in Oral and Written Forms.

15h30 Coffee break

16h Final session: round table (chaired by Kannan M.

V. Geetha (essayist)

Dilip Kumar (Publisher and translator)

Kanchana Mukhopadhyay (Bingsha Shatabdi Publishers)

Shashikumar (School of Translation Studies and Training, IGNOU)

Rajesh Venkatasubramanian (Indian Institute of Science Education and Research)

Organizing Committee:

Anne Castaing (CNRS/CEIAS), Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/IFP/MII), Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle- Paris 3/CERC), Ingrid Le Gargasson (U. Sorbonne nouvelle – Paris 3/MII/ CREM), Kannan M. (IFP).

with the support of CEIAS, MII and CERC.

Program_August Conference in Pondicherry_Final

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search