Séminaire Littératures d’Asie du Sud – Teji Grover et Rustam Singh (24 mars 2017)

de 10h30 à 12h30

Ouvert à tous

BULAC salle RJ.24

65 Rue des Grands Moulins

75013 Paris

 

Teji Grover and Rustam Singh (IEA Nantes)

« Two Voices Under The Same Roof : Two Contemporary Hindi Poets »

In this presentation by two fellow Hindi poets, Teji Grover will talk about the rich literary world she inherited from her father and how, after his early death, she wandered into Hindi which was not a language she grew up with at home.  She will dwell on how she took to painting and the relationship she is trying to unearth between the two art forms, poetry and painting, with help from other poets/painters she takes her life-breath from. Rustam Singh will reflect on the origins of his urge for writing as a child being raised in an austere rural environment, when he was as deprived of the written word as he possibly could be. He will talk about how, little by little, he unearthed the inexhaustible world of poetry and was summoned into it by his own volition. Fear and a luminous darkness gripped him in the process of his discovery of writing. The talk will be followed by readings of poetry and the showing of paintings done by both poets.

Pour plus d’information ou pour ne plus recevoir de messages, écrivez à: projetdeli2015@gmail.com

Séminaire 24-03 Grover et Singh

Appel à communications

 

 Performances de la littérature en Asie du Sud, 2 : Théories et usages des Émotions

9 juin 2017

Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle

en salle Claude Simon

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

https://deli.hypotheses.org/

Présentation

Le projet DELI (« Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde ») organise le 9 juin 2017 sa 4e journée d’étude qui se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle. Intitulée « Performances de la littérature en Asie du Sud, 2 : Théories et usages des Émotions », cette journée d’étude, qui constitue le second volet de deux journées consacrées à la performance en Asie du Sud, vise à rassembler des chercheurs de diverses disciplines travaillant sur l’Asie du Sud.

Cette journée d’étude est organisée avec le soutien de l’UMR 7172 THALIM et de l’UMR 7528 Mondes iranien et indien.

Argumentaire

La première journée d’étude du projet DELI sur la performance de la littérature, tenue le 15 décembre 2016, a réuni des chercheurs de différentes disciplines et aires linguistiques autour de thématiques liées aux usages politiques de la performance en Asie du Sud. Les pistes de réflexion interdisciplinaires que cette première journée a permis d’ouvrir ont notamment fait apparaître l’importance des liens entre émotion, performance et mobilisation politique, du Telangana jusqu’au Sindh. Dans le prolongement de cette première journée, nous nous proposons de poursuivre la réflexion sur la place et la fonction des émotions dans la performance littéraire en Asie du Sud, tant au niveau théorique que pratique.

Depuis quelques décennies déjà, le tournant émotionnel ou affective turn a permis d’introduire les émotions dans le domaine des sciences humaines, offrant ainsi un nouveau champ d’étude aux sociologues, historiens ou spécialistes littéraires[1]. Les émotions font à présent régulièrement l’objet de travaux de recherche qui tentent de caractériser et de dresser les cadres théoriques d’un phénomène qui ne relève pas seulement de la psychologie individuelle mais résulte de complexes constructions sociales. Cette nouvelle attention pour la dimension affective des entreprises individuelles et collectives a notamment suscité, dans le domaine de l’Asie du Sud, les réflexions du programme EMOPOLIS (Emotion et mobilisation politique dans le sous-continent indien; CEIAS, 2012-2016) qui s’est récemment penché sur le rôle des émotions dans les mobilisations sociales et politiques.

Au-delà des sphères politiques et sociales, cependant, les émotions ont été au cœur de la théorie esthétique tant en Occident qu’en Inde. Dans ce cadre même, de nouveaux questionnements ont vu le jour, portant sur le lexique des émotions[2] ou sur leur rôle dans le potentiel d’expression littéraire[3]. S’intéressant particulièrement à la relation entre langage et émotion, l’historien et anthropologue William M. Reddy a par exemple développé le concept d’emotives, actes communicatifs qui expriment des états émotionnels et ont la capacité de transformer, susciter ou exacerber les émotions individuelles et collectives[4].

En favorisant une approche transdisciplinaire, nous souhaitons encourager les discussions autour de la relation entre deux concepts fondamentaux de la recherche contemporaine en littérature, en sociologie et en histoire : la performance et les émotions. À travers l’étude de la performance, comme le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, la récitation poétique, etc., il s’agit de confronter les théories traditionnelles, les concepts récents de la recherche et les pratiques effectives et historiques afin d’éclairer la force émotionnelle de la performance littéraire en Asie du Sud, la nature et l’impact de l’expérience esthétique, mais aussi la façon dont la performance crée et entretient des « cultures émotionnelles » qui fluctuent et résonnent différemment en fonction du contexte historique, social et anthropologique.

Axes thématiques

Pour cette journée d’étude interdisciplinaire, nous invitons les chercheurs de toutes disciplines (littérature, histoire, anthropologie, histoire de l’art, musicologie, etc.) à proposer des communications ou des créations de 20 à 25 minutes qui interrogent, illustrent et problématisent la relation entre performance littéraire et émotions en Asie du Sud. Nous prêterons particulièrement attention aux propositions portant sur les axes thématiques (non exhaustifs) suivants :

  • les concepts de bhava et rasa et la théorie et l’expérience esthétique du théâtre et de la danse en Asie du Sud ; interprétations, usages et performances des rasa selon les écoles et régions ;
  • les techniques littéraires, visuelles, vocales ou gestuelles visant à susciter, amplifier, manipuler ou contrôler des émotions collectives ; les emotives et l’effervescence collective ; le rôle social, politique et religieux des émotions ;
  • la place de l’émotion dans le jugement littéraire et esthétique ; critique ou exaltation de l’émotion suscitée par la performance littéraire ;
  • les rapports entre genres littéraires et émotions ; association de certains genres à certaines émotions (plaisir, peur, colère, tristesse, etc.) ; hybridité des genres ;
  • les émotions et les stéréotypes de genre en Asie du Sud ; les émotions « genrées ».

Les communications de la journée d’étude feront l’objet d’une publication.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (de 250 mots maximum) en français ou en anglais, accompagnées d’une brève notice biographique, devront être envoyées avant le 31 mars 2017 au projet DELI à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

Comité scientifique :

  • Anne Castaing (CNRS/THALIM)
  • Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle/ MII)
  • Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle/MII)

Pour plus d’information, veuillez contacter les organisateurs à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

 

[1] Par exemple, A. Vincent-Buffault, Histoire des larmes, XVIIIe-XIXe siècles (Rivages, 1986) ; A. Corbin, J.-F. Courtine et G. Vigarello (dir.), Histoire des émotions (Seuil, 2016).

[2] Voir M. Pernau (éd.), « Introduction: Concepts of emotions in Indian languages », Contributions to the History of Concepts, 11, 2016, 24-37 et « Emotion concepts in Urdu and Bengali », Contributions to the History of Concepts, 11, 2016, 37-106.

[3] E. Bouju, A. Gefen (ed.), L’émotion, puissance de la littérature? (Presses Universitaires de Bordeaux, 2013)

[4] W. M. Reddy, « Against Constructionism: The Historical Ethnography of Emotions », Current Anthropology, 38/3, 1997, 327-351.

Appel à communications JE 9-06-17

Séminaire Littératures d’Asie du Sud: France Bhattacharya (24 février 2017)

Au XVIIIe siècle, les maṅgalkāvya, « poèmes de bienfaisance », composés en grand nombre au Bengale depuis la fin du XVe, à la louange de diverses divinités, subirent deux transformations qui annonçaient la fin de leur rôle dominant en tant que textes dévotionnels. L’un, le Śivāyan (1711) de Rāṃeśvar Bhaṭṭācāya fit la plus grande place à un fonds narratif de tradition populaire, laukik, concernant Śiva, au détriment de la tradition puranique, au point de transformer ce dieu en un personnage folklorique. L’autre, l’Annadāmaṅgal (1752) de Bhāratcandra Rāy, introduisit dans la trame narrative du poème, traitant du couple divin Śiva-Śakti, des éléments d’histoire événementielle et le récit d’amours tumultueuses, avec une extrême sophistication de style et une moindre importance donnée à la ferveur religieuse. Une nouvelle façon d’écrire de la poésie bengalie allait bientôt voir le jour.

24-02-2017 France Bhattacharya

Littératures d’Asie du Sud : programme du 1er semestre 2017

 seminaire2017_1ers_deli

Le vendredi de 10h30 à 12h30

à la BULAC, en salle RJ24

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Ouvert à tous

 

27 janvier – Virginie Johan (Sorbonne Nouvelle) : « Les performances littéraires et textuelles du théâtre Kūṭiyāṭṭam au Kérala : dramaturgie et jeu épiques »

24 février – France Bhattacharya (INaLCO/CEIAS) : « Le dieu Śiva dans l’imaginaire des auteurs des derniers maṅgalkāvya bengalis (XVIIIe siècle) : des Purāṇa au folklore »

24 mars – Teji Grover et Rustam Singh (IEA Nantes) : « Voices Under The Same Roof : Two Contemporary Hindi Poets »

21 avril – Cécile Guillaume-Pey (EHESS) : « Inventions scripturaires et émergence d’une littérature dans des groupes tribaux (adivasi) de l’Inde »

19 mai – Sylvain Brocquet (Université d’Aix-Marseille) : « Entre épopée et poésie de cour : le poème à double sens en Inde au début du second millénaire apr. J.-C. »

Le séminaire est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

seminaire2017_1ers_deli

 

 

Séminaire Littératures d’Asie du Sud : Virginie Johan (27 janvier 2017)

sans-titre

sans-titre-2

Dans les temples du jeu (kūttampalam) du Kérala, les cycles performatifs de Kūṭiyāṭṭam durent trois à quarante et un  jours. Ils reviennent à la source des « bouts de drame » en sanskrit formant leur socle par enchâssement de récits rétrospectifs issus des épopées et purāṇa. Les maîtres acteurs-conteurs, de caste Cākyār, consignent cette dramaturgie dans leurs manuels de jeu (āṭṭaprakāram), en malayalam.

Ces textes anciens au style lacunaire et à la terminologie précise portent une dynamique ludique basée sur le suspense : l’acteur déconstruit le dialogue dramatique en restituant la simultanéité des échanges entre les rôles qu’il endosse séparément. Selon quelles combinaisons temporelles et quels protocoles de jeu ? Comment rendre compte de cette dynamique dans la traduction des textes et en images ? Nos exemples seront extraits de manuels et de performances de l’Abhiṣekanāṭaka et de l’Āścaryacūḍāmaṇi.

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

seminaire-deli-27-janvier-2017

Performances de la littérature en Asie du Sud: 1. Politiques de la performance littéraire

je_performances_15dec_2016-page-001

Journée d’étude organisée par le projet DELI

15 décembre 2016

Auditorium de la BULAC

65 rue des Grands Moulins

75013 Paris

 

Ouvert à tous

 

Programme

9h30       Ouverture de la journée

9h45 Marie Lecomte-Tilouine (CNRS/LAS) – Le « roi » et son barde au Népal           occidental, une relation politique

10h15   Julien Levesque (CEIAS/ EHESS) – Pratiquer l’identité sindhie : héroïnes littéraires, marqueurs identitaires, et invention de rituels publics

Discussion

11h-11h30 Pause café

11h30 Annie Montaut (INALCO/EHESS) – Le théâtre contemporain en Inde et la critique du mainstream culturel

12h    Nicolas Jaoul (EHESS) – Le Kabir Kala Manch, un théâtre de rue ambedkariste

Discussion

12h45 – 14h Déjeuner

14h       Serge Jacoby (INALCO) – Chants militants télougous : « Un plaidoyer social »

14h30 Eve Tignol (Paris 3/MII) – Les usages politiques de la poésie nostalgique en ourdou au sein du mouvement d’Aligarh et au-delà

15h     Anne Castaing (CNRS/THALIM) – Politiques de la performance, poétiques de la mobilisation : Madhuśālā (1935) et l’idéal gandhien de la nation

Discussion

15h45 Pot de clôture

 

Équipe du projet DELI : Anne Castaing (CNRS/THALIM), Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII), Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/CERC), Eve Tignol (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII)

Contact : projetdeli2015@gmail.com

 

Séminaire 18 novembre 2016 : Michel Boivin

seminaire-deli-michel-boivin-18-11-2016-page-001

Séminaire mensuel DELI

Littératures d’Asie du Sud

 

Séance du vendredi 18 novembre de 10h30 à 12h30

 

Ouvert à tous

BULAC salle RJ.24, 65 Rue des Grands Moulins – 75013 Paris

Michel Boivin (CNRS/EHESS)

Dévotion et littérature sindhi d’après la collection de la British Library : une perspective anthropologique

Avec l’arrivée de l’imprimerie dans la province, et le choix du sindhī comme langue officielle en remplacement du persan à partir de 1851, la littérature sindhī a connu un essor important à  partir de la fin du XIXe siècle. Une part non négligeable de cette production est constituée de publications liées à la dévotion, envers un saint soufi ou une divinité hindoue locale comme Udero Lāl, également connu sous le nom de Daryāshāh. En se basant sur la collection de la British Library, sans doute la plus importante au monde, cette séance envisage de déchiffrer ce que ces productions littéraires peuvent nous apprendre de l’évolution de la société et de la culture religieuse du Sindh colonial.

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

Séminaire Littératures d’Asie du Sud (octobre-novembre 2016)

seminaire2016-20171_deli

Le séminaire mensuel « Littératures d’Asie du Sud » est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC et est ouvert à tous.

Programme

seminaire-deli-2016-2017-1

14 octobre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Marc Gaborieau (CNRS/EHESS)
« La transe rituelle dans l’Himalaya central » (Purusârtha 2, pp. 147-172) revisitée

Les récits chantés du Kumaon comprennent des récits guerriers/amoureux de héros profanes (dont j’ai traité l’année dernière) et des récits de divinités, dont je parle ici. Ces derniers sont exécutés au cours de cérémonies appelées jâgar, « veillées », dont le maître de cérémonie, jâgariyâ, est un barde généralement intouchable ; ils comprennent deux sous-classes. La première regroupe des récits édifiants, bhârat, narrés à la troisième personne et tirés de classiques pan-indiens comme les épopées ou la geste des yogis Kân-phatâ. La seconde comprend des récits appelés aussi jâgar : le barde s’adresse à des divinités locales à la seconde personne, leur raconte leur propre histoire et les contraint à s’incarner dans des médiums et à s’exprimer par leurs gestes et leurs paroles. J’insisterai sur cette seconde sous-classe, particulièrement sur l’histoire du dieu justicier Goril, citant notamment les travaux de Brendan Quayle (Londres), John Leavitt (Montréal) et Aditya Malik (Heidelberg/Nalanda).

18 novembre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Michel Boivin (CNRS/EHESS)
Dévotion et littérature sindhi d’après la collection de la British Library : une perspective anthropologique

Avec l’arrivée de l’imprimerie dans la province, et le choix du sindhī comme langue officielle en remplacement du persan à partir de 1851, la littérature sindhī a connu un essor important à partir de la fin du XIXe siècle. Une part non négligeable de cette production est constituée de publications liées à la dévotion, envers un saint soufi ou une divinité hindoue locale comme Udero Lāl, également connu sous le nom de Daryāshāh. En se basant sur la collection de la British Library, sans doute la plus importante au monde, cette séance envisage de déchiffrer ce que ces productions littéraires peuvent nous apprendre de l’évolution de la société et de la culture religieuse du Sindh colonial.

Pour plus d’information : projetdeli2015@gmail.com

Événements sur le Kutiyattam

Kutiyattam(Kalamandalam Rama Chakyar)2009

Le lundi 10 octobre à 16h30 à l’ARTA : projection du Documentaire Jouer le Kutiyattam avec le Maître, ZED production (Patrimoine immatériel), 2009

Ce documentaire porte sur la transmission du Kutiyattam au Kerala hier et aujourd’hui. Le maître Rama Chakyar enseigne à son disciple Sangit Chakyar dans la Maison-mère de sa lignée et à l’Ecole du Cercle des Arts (Kalamandalam), où Sangit prend sa suite. On découvre avec eux les principaux rouages de la pratique du Kutiyattam, mais aussi la vie quotidienne des maîtres et des élèves, ainsi que les longues nuits de jeu dans les théâtres anciens des temples hindous.

Ce documentaire est exceptionnellement projeté à l’ARTA, en présence de son réalisateur (sous réserve) et de son auteur et conseiller scientifique.
Une discussion avec V. Johan (auteur, conseiller scientifique, traductrice) et J. Queyrat (realisateur) suivra la projection.

http://artacartoucherie.com/fr/evenements/projection-du-film-jouer-le-kutiyattam-avec-le-maitre/

Du 24 au 28 octobre à l’ARTA : Stage de Kutiyattam avec le maître Rama Chakyar et son disciple K. Sangit Chakyar

Prière de s’inscrire rapidement si intéressé: http://artacartoucherie.com/fr/les-evenements-a-venir/kutiyattam-avec-rama-chakyar/

Le 31 octobre, La Grande Nuit du Kutiyattam au Théâtre du Soleil

de 18h30 à 9h du matin

Extraits de l’Épopée du Ramayana et de Subhadradhananjaya par la Troupe du Kerala Kalamandalam, direction Sri M.K. Raman Chakyar

http://www.theatre-du-soleil.fr/thsol/dans-nos-nefs/article/la-grande-nuit-du-kutiyattam

Colloque international des études hindi

Du mercredi 14 Septembre 2016 à 10:00 au vendredi 16 Septembre 2016 à 20:00

INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris
L’International Conference on Hindi Studies (ICHS) est le premier colloque scientifique international exclusivement
consacré aux études hindies organisé en France, couvrant simultanément la linguistique, la littérature et la didactique.

Le colloque ICHS 2016 est organisé avec le soutien financier du Ministère des
Affaires Etrangères indien, du conseil scientifique de l’Inalco, de l’Unité mixte de
Recherche (UMR7528) « Mondes iranien et indien » et du LABEX-EFL.

Organisateur : Ghanshyam Sharma (Inalco, MII -UMR 7528, LABEX-EFL)
Contact : hindi.paris@gmail.com

Pour plus d’informations : https://ichs2015.sciencesconf.org/

Venue de l’auteur Arvind Krishna Mehrotra (14 et 15 septembre 2016)

Le mercredi 14 septembre, de 18h à 19h, Arvind Krishna Mehrotra lira sa poésie au Centre Pompidou dans le cadre de l’exposition « Beat Generation ».
L’exposition a un espace librairie, au dernier étage du musée, où se tiendra la lecture. Réservation obligatoire par email
laetitia.zecchini@cnrs.fr
Le jeudi 15 septembre, de 18h 30 à 20h 30, Arvind Krishna Mehrotra interviendra à l’Ecole normale supérieure (en Salle des Actes) et son intervention aura pour titre: « Poet as Translator as Poet : the many lives of Indian poetry ».
L’évènement est ouvert à tous, et sera suivi d’un cocktail.
Pour des raisons de sécurité une carte d’identité pourra être demandée à l’entrée.

Journée d’étude « Bhakti et Littératures » (23 juin 2016)

Bhakti et Littératures

 

23 juin 2016

Journée d’étude organisée par le projet DELI

 

INSTITUT NATIONAL D’HISTOIRE DE L’ART

SALLE WALTER BENJAMIN


Galerie Colbert
, 2, rue Vivienne, 75002 Paris

Meister der Bhâgavata-Purâna-Handschrift - The Yorck Project 10.000 Meisterwerke der Malerei. DVD-ROM, 2002.

Programme

 

MATINÉE

9h30 EMMANUEL FRANCIS (CNRS/CEIAS)


L’Archéologie de la bhakti : un projet de recherche au centre EFEO de Pondichéry

10h00 TIZIANA LEUCCI (CNRS/CEIAS)

Singing and painting the Bhakti hymns in an imperial shrine: The case of the Tamil saint-poet Sundarar at Tanjavur (XIth century)

Pause

10h45 UTHAYA VELUPPILLAI (INaLCO/MII)


Du Tevaram au Talapuranam. La littérature tamoule de temple

11h15 LÉTICIA IBANEZ (INaLCO/MII)


À la recherche de la Déesse, les formes de la bhakti dans l’œuvre de l’écrivain tamoul Lā. Ca. Rāmamritam (1916-2007)

Discussion générale

 

12h30-14h Déjeuner libre

 

APRÈS-MIDI

14h00 AMANDINE BRICOUT (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII)

La littérature technique védique comme source d’information sur l’émergence de la bhakti : la dimension dévotionnelle du chapitre XX des Parisista de l’Atharvaveda

14h30 CATHERINE SERVAN SCHREIBER (CNRS/CEIAS)

Poésie chantée de bhakti et tradition orale : le nirguṇ et ses métaphores

Discussion et pause

15h30 FRANÇOISE ‘NALINI’ DELVOYE (EPHE/MII)

Poèmes lyriques d’inspiration dévotionnelle attribués à Miyan Tansen, premier musicien de la cour de l’empereur moghol Akbar (r. 1556-1605)

16h00 LAETITIA ZECCHINI (CNRS/THALIM)

Bhakti beatniks ? Contre-culture, traduction et poésie contemporaine

Discussion

17h00 REPRÉSENTATION DE DANSES DÉVOTIONNELLES ODISSI par Mahina Khanum

18h00 Clôture de la journée

Affiche DELI 23 juin

Séminaire Littératures d’Asie du Sud , Savita Singh (3 juin 2016)

séminaireSavita Singh

To be a poet is to experience this world in its melancholic aspect. One is embedded in it a bit too roughly. Yet there is no desire to know it in its entirety; completion often deludes me and the fact that poetry in its sublime moments promises such an achievement, renders me even more precarious within. It stands as the only witness, though, in the nights of fragile longings, and watches this world in its mortal ebbing, almost every night. I often pray to my thoughts then to come barefoot, make as little noise as possible, just enough for words to know whatever is going on. Our world is so wrapped up in its wickedness, in its relentless desire to crush what is beautiful and feminine, what is robust and just, that one would like to have the company of poetry to denounce it, resist it and practice sufficient intolerance to overturn it. Often through the reality of dark nights, I have called upon poetry and have travelled wide and narrow paths of dreams to pick up stones. There are just so many of these nights in my experience that I can say more or less safely that I know darkness as well as I know myself. And it is blue. Poetry knows both of us so inescapably that we do not resist her. We resist our oppressors though, every moment. Nothing is more precious than this existence and its plenitude. Being a poet is, in fact, being properly. There is no burden of redeeming oneself here, just to “be” as words have their being in sentences. This universe then as “trillions of such sentences” is a place of pleasurable wondering, however baffling in its complexity. I have often wondered what Borges might have thought of this world if he had sight…
I write poetry to create more sentences…to fathom light as much as darkness; to sleep with night and impregnate myself with her dreams which few know, but that is how poetry is born. I beget what I love. I write to fill this world with beautiful and sensible nouns and pronouns: verbs, adjectives …hidden lights of Borges’ eyes and create syntaxes that function as reality, slightly elevated. My poetry is the most reliable shred of my torn up overcoat. I least fear writing, I suffer being silent.

1506839_414520598710789_6184601973382613968_n(c) Divya Singh, College of Arts, New Delhi

Séminaire Littératures d’Asie du Sud, Daniel Negers (13 mai 2016)

séminaire

Séminaire DELI 13 mai 2016-page-001

La langue télougoue, parlée par plus de 100 millions de locuteurs, représente la deuxième ou troisième langue de l’Union indienne; trois régions culturelles s’articulent au sein des deux États du Telangāṇa et de l’Andhra Pradesh, chacune manifestant des spécificités linguistiques et littéraires. La diaspora internationale télougoue serait actuellement la première en nombre parmi les « diasporas régionales indiennes » au plan mondial. Cependant la littérature télougoue demeure mal connue. Après avoir mis en évidence les obstacles pratiques qui se posent à l’exploration et à la compréhension d’une langue telle que le télougou, la présentation s’intéressera principalement à la question du genre littéraire en télougou. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’écriture littéraire se confond presque exclusivement avec la poésie versifiée. La prosodie fournit un étalon certain pour caractériser les types et les valeurs hiérarchisées de la production littéraire des textes écrits. Cependant demeurent exclus de la considération poétique des genres oraux dont les types de composition échappent aux règles savantes. Les catégories métriques et des règles prosodiques de la poétique télougoue (cchandassu) éclairent donc la place respective des genres littéraires traditionnels: c’est ce à quoi s’attachera l’exposé, en abordant également la métamorphose des modes de production et des styles lors de la colonisation britannique, avec l’introduction de nouveaux systèmes de références et de valeurs, qui se sont manifestés à la fois à travers le passage de la poésie à la prose, mais aussi dans la manifestation d’un rapport critique à la réalité sociale et politique.

Document-page-001(1)

Séminaire DELI 13 mai 2016