Appel à communications JE « Questions de délimitation »

La première journée d’étude du projet DELI, annoncée lors de la réunion du 1er juin 2015, se propose de mener une réflexion commune sur ce que nous entendons par « littératures de l’Inde ». Comme cela est clairement apparu lors de précédentes discussions, l’expression pose en particulier des problèmes aigus de délimitation. Si « l’Inde » ne désigne pas une entité géographique et politique nettement et durablement définie, le critère des « langues indiennes » n’est guère moins problématique et la notion de littérature telle qu’elle a été élaborée en Occident depuis le XIXe siècle impose à la production littéraire des divisions qui lui sont largement étrangères.

Il ne s’agira pas lors de cette journée de chercher à poser des frontières consensuelles, mais plutôt d’exposer des cas précis permettant de prendre la mesure des problèmes qui se posent dans la définition de « littérature de l’Inde ». On s’attachera ainsi à des œuvres, des moments, des discours, des auteurs ou des lieux qui fondent les littératures indiennes ou qui, au contraire, en révèlent le caractère irréductiblement dynamique.

Quatre axes de réflexion se dégagent, qui pourront être abordés séparément ou au contraire articulés dans les interventions :

  • Les délimitations géographiques, qui recoupent le problème des dénominations : l’« Inde » est-elle l’équivalent du « sous-continent indien », de « l’Asie du Sud », du « monde indien » ? Qu’en est-il des pays issus de la Partition ? du Sri Lanka et du Népal ? des communautés indiennes en dispora ? Comment les auteurs se définissent-ils, quelles définitions sont retenues dans les manuels  ou les histoires littéraires?
  • Les délimitations linguistiques : on pourra bien sûr évoquer des cas singuliers d’écrivains indiens anglophones, mais aussi des auteurs dans des situations de diaspora qui s’expriment dans des langues, indiennes ou non, qu’il s’agisse de diaspora tamoule ancienne (Singapour), de diasporas issues de l’indentured labour à l’île Maurice, aux Caraïbes ou aux Fidji, ou enfin d’expatriations contemporaines dans le monde anglo-saxon ou francophone. Enfin, quelle place accorder aux littératures singhalaise, népali ou newari ?
  • Les délimitations historiques : selon les périodes envisagées, l’« Inde » varie dans son extension géographique ; le monde indien médiéval se double d’un monde « indianisé », correspondant à l’Asie du Sud-Est et une partie de l’Asie centrale. Dans quelle mesure un regard historicisé peut-il éclairer la notion de « littératures de l’Inde » ?
  • Les délimitations génériques : la littérature dans le monde indien classique ne se distingue pas toujours aisément de la philosophie, de la littérature religieuse, etc. De même, nombre de textes littéraires modernes et contemporains brouillent-ils les frontières entre genre narratif, genre épique, poésie, essai et récit historique. Quels sont les distinctions génériques pertinentes dans les littératures de l’Inde ? La notion de genre littéraire reste elle même problématique, notamment dans le cas de de textes hybrides, de traités ou d’essais : quels corpus devra-t-on exclure du domaine de la littérature ? Avec quels outils pourra-t-on en conséquence définir le littéraire dans le contexte indien ?

On privilégiera un format de communications courtes (10 à 15 mn) afin de laisser une large place à la discussion.

Les propositions de communication (une dizaine de lignes) sont à envoyer pour le 10 novembre à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *