Tous les articles par Projet DELI

Journée d’étude « Bhakti et Littératures » (23 juin 2016)

Bhakti et Littératures

 

23 juin 2016

Journée d’étude organisée par le projet DELI

 

INSTITUT NATIONAL D’HISTOIRE DE L’ART

SALLE WALTER BENJAMIN


Galerie Colbert
, 2, rue Vivienne, 75002 Paris

Meister der Bhâgavata-Purâna-Handschrift - The Yorck Project 10.000 Meisterwerke der Malerei. DVD-ROM, 2002.

Programme

 

MATINÉE

9h30 EMMANUEL FRANCIS (CNRS/CEIAS)


L’Archéologie de la bhakti : un projet de recherche au centre EFEO de Pondichéry

10h00 TIZIANA LEUCCI (CNRS/CEIAS)

Singing and painting the Bhakti hymns in an imperial shrine: The case of the Tamil saint-poet Sundarar at Tanjavur (XIth century)

Pause

10h45 UTHAYA VELUPPILLAI (INaLCO/MII)


Du Tevaram au Talapuranam. La littérature tamoule de temple

11h15 LÉTICIA IBANEZ (INaLCO/MII)


À la recherche de la Déesse, les formes de la bhakti dans l’œuvre de l’écrivain tamoul Lā. Ca. Rāmamritam (1916-2007)

Discussion générale

 

12h30-14h Déjeuner libre

 

APRÈS-MIDI

14h00 AMANDINE BRICOUT (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII)

La littérature technique védique comme source d’information sur l’émergence de la bhakti : la dimension dévotionnelle du chapitre XX des Parisista de l’Atharvaveda

14h30 CATHERINE SERVAN SCHREIBER (CNRS/CEIAS)

Poésie chantée de bhakti et tradition orale : le nirguṇ et ses métaphores

Discussion et pause

15h30 FRANÇOISE ‘NALINI’ DELVOYE (EPHE/MII)

Poèmes lyriques d’inspiration dévotionnelle attribués à Miyan Tansen, premier musicien de la cour de l’empereur moghol Akbar (r. 1556-1605)

16h00 LAETITIA ZECCHINI (CNRS/THALIM)

Bhakti beatniks ? Contre-culture, traduction et poésie contemporaine

Discussion

17h00 REPRÉSENTATION DE DANSES DÉVOTIONNELLES ODISSI par Mahina Khanum

18h00 Clôture de la journée

Affiche DELI 23 juin

Séminaire Littératures d’Asie du Sud , Savita Singh (3 juin 2016)

séminaireSavita Singh

To be a poet is to experience this world in its melancholic aspect. One is embedded in it a bit too roughly. Yet there is no desire to know it in its entirety; completion often deludes me and the fact that poetry in its sublime moments promises such an achievement, renders me even more precarious within. It stands as the only witness, though, in the nights of fragile longings, and watches this world in its mortal ebbing, almost every night. I often pray to my thoughts then to come barefoot, make as little noise as possible, just enough for words to know whatever is going on. Our world is so wrapped up in its wickedness, in its relentless desire to crush what is beautiful and feminine, what is robust and just, that one would like to have the company of poetry to denounce it, resist it and practice sufficient intolerance to overturn it. Often through the reality of dark nights, I have called upon poetry and have travelled wide and narrow paths of dreams to pick up stones. There are just so many of these nights in my experience that I can say more or less safely that I know darkness as well as I know myself. And it is blue. Poetry knows both of us so inescapably that we do not resist her. We resist our oppressors though, every moment. Nothing is more precious than this existence and its plenitude. Being a poet is, in fact, being properly. There is no burden of redeeming oneself here, just to “be” as words have their being in sentences. This universe then as “trillions of such sentences” is a place of pleasurable wondering, however baffling in its complexity. I have often wondered what Borges might have thought of this world if he had sight…
I write poetry to create more sentences…to fathom light as much as darkness; to sleep with night and impregnate myself with her dreams which few know, but that is how poetry is born. I beget what I love. I write to fill this world with beautiful and sensible nouns and pronouns: verbs, adjectives …hidden lights of Borges’ eyes and create syntaxes that function as reality, slightly elevated. My poetry is the most reliable shred of my torn up overcoat. I least fear writing, I suffer being silent.

1506839_414520598710789_6184601973382613968_n(c) Divya Singh, College of Arts, New Delhi

Séminaire Littératures d’Asie du Sud, Daniel Negers (13 mai 2016)

séminaire

Séminaire DELI 13 mai 2016-page-001

La langue télougoue, parlée par plus de 100 millions de locuteurs, représente la deuxième ou troisième langue de l’Union indienne; trois régions culturelles s’articulent au sein des deux États du Telangāṇa et de l’Andhra Pradesh, chacune manifestant des spécificités linguistiques et littéraires. La diaspora internationale télougoue serait actuellement la première en nombre parmi les « diasporas régionales indiennes » au plan mondial. Cependant la littérature télougoue demeure mal connue. Après avoir mis en évidence les obstacles pratiques qui se posent à l’exploration et à la compréhension d’une langue telle que le télougou, la présentation s’intéressera principalement à la question du genre littéraire en télougou. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’écriture littéraire se confond presque exclusivement avec la poésie versifiée. La prosodie fournit un étalon certain pour caractériser les types et les valeurs hiérarchisées de la production littéraire des textes écrits. Cependant demeurent exclus de la considération poétique des genres oraux dont les types de composition échappent aux règles savantes. Les catégories métriques et des règles prosodiques de la poétique télougoue (cchandassu) éclairent donc la place respective des genres littéraires traditionnels: c’est ce à quoi s’attachera l’exposé, en abordant également la métamorphose des modes de production et des styles lors de la colonisation britannique, avec l’introduction de nouveaux systèmes de références et de valeurs, qui se sont manifestés à la fois à travers le passage de la poésie à la prose, mais aussi dans la manifestation d’un rapport critique à la réalité sociale et politique.

Document-page-001(1)

Séminaire DELI 13 mai 2016

Parution: « Problèmes d’histoire littéraire indienne » (Revue de Littérature Comparée, 2015)

Ce numéro spécial de la Revue de Littérature Comparée (Paris: Klincksieck, n°4, 2015) dirigé par Claire Joubert (Paris 8) et Laetitia Zecchini (CNRS) sur les « Problèmes d’histoire littéraire indienne » rassemble les contributions de Guillaume Bridet, Anne Castaing, Claire Gallien, Claire Joubert, Claudine Le Blanc, Katia Légeret, Pascale Rabault-Feuerhahn, Catherine Servan-Schreiber et Laetitia Zecchini.

Introduction par Claire Joubert et Laetitia Zecchini

Laetitia Zecchini •  « Crisis in Literary History » ? Du « nativisme » et du provincialisme, et de quelques autres débats intellectuels en Inde

Claire Gallien • Les orientalistes britanniques de la fin du XVIIIe siècle et la création du canon littéraire indien

Pascale Rabault-Feuerhahn • Le fil de l’histoire : appropriations savantes de l’histoire littéraire indienne dans l’Europe du XIXe siècle

Claudine Le Blanc • Écrire l’histoire de la littérature indienne en France au XIXe siècle. De la fragmentation à la dissolution de l’objet

Catherine Servan-Schreiber • Folklore/littérature/orature : frontières et cloisonnements dans l’histoire littéraire indienne

Claire Joubert • B.R. Ambedkar : la lutte dans les lettres

Anne Castaing • Women Writing in India : pour une histoire littéraire des femmes

Guillaume Bridet • Rabindranath Tagore, première figure d’une histoire littéraire (vraiment) mondiale ?

Katia Légeret • La transmission orale des fables du Pañcatantra au théâtre, entre l’Inde et la France : enjeux transtextuels et interculturels

Pour plus d’information: http://www.fabula.org/actualites/revue-de-litterature-comparee-04-2015_73449.php

Séminaire Littératures d’Asie du Sud : Sudhir Chandra (15 avril 2016)

séminaire

chandra

What happens – can happen – when a historian looks at literature? What happens – is likely to happen – when the practitioner of a referential discourse, which is what history is believed to quintessentially be, looks at the quintessentially non-referential discourse that literature is? A great deal, comprising diametrically opposite possibilities, can obviously be expected to happen. Without touching upon the range of those possibilities, I shall in my presentation try and share with you something of what happened to me, as a professional historian, following an impulse to go to modern Indian literature for understanding the structure of modern Indian social consciousness. Though I shall mostly deal with literature in colonial India, with which I am relatively better acquainted, I may feel tempted to make some remarks about post-1947 literature as well in order to suggest that the kind of social consciousness that emerged under the colonial impact has continued into our own day.

 

Séminaire Littératures d’Asie du Sud


SÉMINAIRE 2016
Littératures d’Asie du Sud

Le vendredi de 10h à 12h
à la BULAC salle RJ24, 65 rue des Grands Moulins
75013 Paris
Le séminaire est organisé par le projet DELI
En collaboration avec la BULAC
Il est ouvert à tous

Programme

Tales are ubiquitous in the premodern literary culture of north India, as elsewhere, and they come in all shapes, languages, and inflections. For this reason, following them allows us to travel into and across most of the levels/milieux of this multilingual literary culture. But precisely because of their ubiquity even within texts, when we move from the microlevel of individual texts to the macrolevel of literary culture it becomes difficult to say anything more than – they were there, they circulated, they often retold the same stories in new ways, or mixed familiar elements to produce new texts. By taking into account material evidence, the geographical and linguistic distribution of kathas, socio-historical locations, and shifts within the texts and in their performance practices, this lecture seeks to arrive at a nuanced and productive sense of the role that story-telling played within this multilingual literary culture.

 

Deuxième journée d’étude « Bhakti et Littérature(s) »

Bhakti et littérature(s)

Deuxième journée d’étude du projet DELI

23 juin 2016 – lNHA (salle Walter Benjamin)

Appel à communications

 

Présentation

La journée d’étude est organisée dans le cadre du projet de recherche collaboratif DELI « Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde », projet Idex Sorbonne Paris Cité visant à réunir, diffuser et développer les savoirs sur les littératures d’Asie du Sud en France. Le projet est dirigé par Anne Castaing (CNRS – THALIM), Nicolas Dejenne (Université Paris 3 – UMR Mondes Iranien et Indien) et Claudine Le Blanc (Université Paris 3 – CERC) en partenariat avec Résurgences et la BULAC.

Argumentaire

En tant que forme de religiosité accordant une importance particulière à l’expression d’un attachement émotionnel du dévot à un dieu personnel, la bhakti (de la racine sanskrite BHAJ- « partager ») a été intimement liée au développement des littératures en langues vernaculaires par la composition de chants dévotionnels, de récits hagiographiques ou de discours philosophico-religieux ; ces textes ont entretenu un dialogue fécond, parfois très critique, avec l’orthodoxie brahmanique exprimée dans les sources sanskrites. La littérature de la bhakti a également joué un rôle crucial dans le développement de la poésie moderne et, de façon générale, dans l’émergence de la modernité littéraire en Inde.

La deuxième journée d’étude du projet DELI, qui se tiendra le 23 juin 2016 à l’Institut national d’histoire de l’art, se propose d’explorer la richesse des rapports entre bhakti et littérature en interrogeant les liens entre courants dévotionnels et production littéraire, le rôle de la littérature dans l’expression dévotionnelle et les différentes formes et adaptations de la littérature de bhakti au cours des siècles, dans la diversité des situations régionales et linguistiques.

Les approches les plus variées sont bienvenues : la journée est conçue de façon interdisciplinaire et vise à faire dialoguer des chercheurs issus des diverses disciplines (littérature, histoire, anthropologie, histoire de l’art, musicologie, etc.) autour d’œuvres (textes, hymnes, littérature orale, adaptations cinématographiques), d’auteurs ou de lieux de production littéraire qui pourront nourrir la réflexion sur le rôle de la bhakti dans le développement des cultures littéraires indiennes aussi bien que sur les différentes pratiques littéraires et performatives de la bhakti des origines jusqu’à nos jours.

Axes thématiques

Les communications proposées, d’une durée de 30 minutes, pourront porter sur les axes thématiques suivants :

  • La bhakti et le développement des littératures vernaculaires: rapports entre courants dévotionnels et cours régionales ; langues vernaculaires comme langues de culture ; rapports entre langues vernaculaires et sanskrit (ou bhakti d’expression sanskrite) ; institutions religieuses comme centres de production littéraire ; expression littéraire de la dimension réformiste, voire révolutionnaire, de la bhakti dans le domaine social.
  • Genres littéraires et bhakti : hagiographie et saints-poètes ; la bhakti et le genre de l’épopée ; adaptations et réécritures modernes de la bhakti ; littérature de bhakti dans les médias modernes (cinéma, presse, bande dessinée, etc.).
  • Littérature et dévotion : rôle de la littérature dans la dévotion ; littérature et émotion religieuse ; rapports et influences littéraires entre différentes « bhaktis » ; soufisme et bhakti ; littérature dévotionnelle dans le jaïnisme et le bouddhisme.
  • Performance littéraire et bhakti: liens entre littérature et musique dévotionnelle ; les traditions populaires, iconographiques et orales de la bhakti.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (de 1500 signes maximum) en français ou en anglais, devront être envoyées avant le dimanche 15 mai 2016 à projetdeli2015@gmail.com.

JE Bhakti CFP             Bhakti English CFP

Festival de littérature ourdoue (12 – 14 février 2016, New Delhi)

Festival de littérature ourdoue Jashn-e Rekhta 2016

Après le succès du premier festival Jashn-e Rekhta en 2015, la fondation Rekhta, qui a pour but de promouvoir la littérature ourdoue, organise une deuxième édition de ce festival gratuit du 12 au 14 février 2016 au IGNCA, avec diverses animations littéraires célébrant la langue ourdoue: dastangoi, qawwali, théâtre, mushairah, une section consacré à la calligraphie, etc.

Pour plus d’informations: Jashn-e Rekhta

Au Pakistan: Jashn-e Adab – Festival de Littérature de Karachi et Islamabad (5-7 février, Beach Luxury Hotel, Karachi)

http://www.karachiliteraturefestival.org/

Festivals littéraires en Inde (janvier-février 2016)

La littérature s’empare de l’Inde ces janvier et février 2016, avec des festivals et foires du livre se tenant un petit peu partout dans le pays. En voici une petite sélection!

Festival de littérature de Jaipur (21 – 25 janvier 2016, Diggi Palace Jaipur)

Pour plus d’informations: https://jaipurliteraturefestival.org/


Hyderabad Literary Festival (7 – 10 janvier 2016, Hyderabad Public School – Begumpet)

logo

Cette année, la langue indienne à l’honneur est le Marathi!

Pour plus d’informations: http://hydlitfest.org


New Delhi World Book Fair (9 – 17 janvier 2016, Pragati Maidan)

Pour plus d’informations: http://www.newdelhiworldbookfair.gov.in/


Kolkata Literature Festival (27 janvier – 7 février 2016, Milan Mela grounds)

Pour plus d’informations: http://www.kolkatabookfair.net

Journée d’étude « Littératures de l’Inde: Questions de délimitations »

Affiche_DELI_3dec2015

Journée d’étude
Littératures de l’Inde : Questions de délimitations
Jeudi 3 décembre 2015
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Centre Censier, Salle Las Vergnas
13 rue Santeuil – 75005 Paris

La première journée d’étude du projet DELI, annoncée lors de la réunion du 1er juin 2015, se propose de mener une réflexion commune sur ce que nous entendons par « littératures de l’Inde ». Comme cela est clairement apparu lors de précédentes discussions, l’expression pose en particulier des problèmes aigus de délimitation. Si « l’Inde » ne désigne pas une entité géographique et politique nettement et durablement définie, le critère des « langues indiennes » n’est guère moins problématique et la notion de littérature telle qu’elle a été élaborée en Occident depuis le XIXe siècle impose à la production littéraire des divisions qui lui sont largement étrangères.

Programme

Continuer la lecture de Journée d’étude « Littératures de l’Inde: Questions de délimitations »

2e réunion DELI

La 2e réunion du projet DELI est fixée au lundi 1er juin de 10h à 12h30, à la BULAC (Salle du Conseil), 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris.

Le compte-rendu de cette réunion est disponible à l’onglet « Ressources », puis « Documents de travail ».

Les carnets de recherches DELI

sitas-ramayanaLes carnets de recherche DELI ont pour objectif de présenter les travaux et les actualités du Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde, coordonné par Anne Castaing (CNRS/THALIM), NIcolas Dejenne (U. Paris 3/Mondes Iranien et Indien), Claudine Le Blanc (U. Paris 3/CERC), Samuel Tronçon (Résurgences) et Eve Tignol (U. Londres). Ce projet, qui s’étend sur trois ans (2015-2018), bénéficie d’un financement Idex de l’Université Sorbonne Paris-Cité.