Tous les articles par Projet DELI

Littératures d’Asie du Sud: séminaire 2017-2018

 

Programme 2017-2018

 

Le vendredi de 10h30 à 12h30

à la BULAC, en salle RJ.23

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Ouvert à tous

 

 

 

20 octobre 2017: Margrit Pernau (Max Planck Institute for Human Development)

Printing Modernity. Concepts of Temporality in Urdu Journals, 1870-1920

 

17 novembre 2017: Dominique Vitalyos (Traductrice littéraire anglais et malayalam)

Kathakali, Krishnanâttam, Môhiniyâttam, sringâra et ses nuances dans la littérature des arts scéniques du Kerala

 

12 janvier 2018: Clément Poutot (Université de Caen)

(séance conjointe avec le séminaire « Performances culturelles du genre », salle à confirmer)

La (prise de) position des femmes dans la pratique du théâtre de l’opprimé au Bengale Occidental

 

23 février 2018: Eva de Clercq (Ghent University)

Questioning and transforming: the Jain Rama stories

 

23 mars 2018: Barnita Bagchi (Utrecht University)

« Ar Konokhane » (Somewhere Else): Aspects of Utopian and Dystopian Writing in Modern South Asia

 

27 avril 2018: Marielle Morin (CNRS/CEIAS)

Livres et lecteurs au Bengale au xixe siècle : des bibliothèques de Calcutta et de leurs fantômes…

 

25 mai 2018: Marine Carrin (CNRS/LISST-Centre d’anthropologie sociale)

Le théâtre santal engagé, une pièce contre la sorcellerie

 

 

Le séminaire est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC

Contact : projetdeli2015@gmail.com

 

Coordinateurs scientifiques : Anne Castaing (CNRS/CEIAS), Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle/MII), Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle/CERC), Ève Tignol (Aix-Marseille Université/IrAsia)

 

Appel à communications: « IMAGINARY HOMELANDS » : LITTERATURES D’ASIE DU SUD EN DIASPORA

Journée d’étude

7 décembre 2017 

« Imaginary Homelands » : Littératures d’Asie du Sud en diaspora

Maison des Sciences de l’Homme – Salle 737

54 bd Raspail 75006 Paris

 

Présentation

Le projet DELI (« Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde ») organise le 7 décembre 2017 à la Maison des Sciences de l’Homme sa 5e journée d’étude. Intitulée « Littératures d’Asie du Sud en diaspora », cette journée d’étude vise à interroger la nature des phénomènes littéraires découlant des diasporas sud-asiatiques, récentes ou plus anciennes.

Cette journée d’étude est organisée avec le soutien du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud.

Argumentaire

La diaspora indienne est aujourd’hui l’une des plus importantes du monde, comptant plus de 20 millions de personnes. Depuis les mouvements commerçants et religieux vers l’Asie du Sud-Est au début de notre ère aux migrations de travailleurs « engagés » (girmityas) dans les plantations coloniales, aux diasporas plus récentes d’élites urbaines ou aux mouvements de population liées aux partitions dans le sous-continent indien, la présence indienne dans le monde est plurielle et variée, s’étendant du Canada à la Nouvelle-Zélande, et de la Malaisie à la Suède.

Si le terme de diaspora dans le contexte sud-asiatique est controversé, l’appellation de « littérature de diaspora » l’est tout autant. C’est sur ce thème que la prochaine journée du projet DELI propose de se pencher en interrogeant la nature de cette littérature ainsi que les phénomènes littéraires et linguistiques d’hybridité, de métissage ou de créolisation qui en découlent. Tout en questionnant ce que l’on entend par littérature de diaspora — s’agit-il d’une littérature produite par des écrivains nés hors de l’Inde et vivant à l’étranger, ou d’une littérature de l’exil et du déracinement ? Les situations de l’Ile Maurice et du Royaume-Uni sont-elles analogues ? —, cette journée d’étude vise également à explorer les rapports de cette littérature avec la littérature produite en Asie du Sud. Comment des écrivains nourris d’un souvenir ou d’un imaginaire de l’« Inde » conçoivent-ils leur œuvre? Quelle est la place de l’Inde dans leur écriture? Si la littérature de diaspora en langue anglaise bénéficie d’une grande notoriété, au moins depuis l’attribution du Prix Nobel de littérature à V.S. Naipaul en 2001, dans quelles langues d’Asie du Sud ou du pays d’accueil les écrivains choisissent-ils de s’exprimer? Comment perpétuent-ils, réinventent-ils ou interrogent-ils des formes et motifs littéraires indiens ? Enfin, comment la littérature diasporique contribue-t-elle à renouveler les modèles esthétiques des littératures d’Asie du Sud ?

Axes thématiques

Pour cette journée d’étude, nous invitons des chercheurs travaillant sur l’Asie du Sud et sa diaspora à proposer des communications de 20 à 25 minutes qui illustrent et problématisent la nature des littératures de la diaspora indienne et leurs rapports avec les littératures d’Asie du Sud. Nous prêterons particulièrement attention aux propositions portant sur les axes thématiques (non exhaustifs) suivants :

  • définition et signification du terme de « littérature de diaspora » ; question de l’identité diasporique (assentiment ou réticences d’auteurs d’origine sud-asiatique à se définir comme écrivains de la diaspora, phénomènes d’assimilation des modèles littéraires du lieu de résidence) ;
  • phénomènes d’hybridité, de métissage et de créolisation de la production littéraire diasporique ;
  • rapports entre « littératures de diaspora » et « littératures d’Asie du Sud » : place, statut et contribution des écrivains diasporiques aux littératures (et langues) d’Asie du Sud ; rapports entre les « littératures de diaspora » et les littératures « nationales » ; littératures diasporiques dans la littérature mondiale ;
  • expériences et représentations de l’Inde dans les littératures diasporiques (nostalgie ; intégration ; exil ; utopies ; etc.).

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (de 250 mots maximum) en français ou en anglais, accompagnées d’une brève notice biographique, devront être envoyées avant le 25 octobre 2017 au projet DELI à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

Comité scientifique :

  • Anne Castaing (CNRS/CEIAS)
  • Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle/ Institut français de Pondichéry / MII)
  • Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle/CERC)

Pour plus d’informations, veuillez contacter les organisateurs à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

Journées d’étude Performance de la littérature en Asie du Sud 2 : Théories et usages des émotions.

 

8 et 9 juin 2017 – Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

4 rue des Irlandais – 75005 Paris

JEUDI 8 JUIN – salle du conseil
9h30 Ouverture et introduction
9h45 HÉLÈNE BOUVIER (CNRS/THALIM)
Le maniement des émotions dans le théâtre à Madura (Indonésie), à
partir d’une anthropologie de terrain
10h10 VIRGINIE JOHAN (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Performance des rasa dans le Kūṭiyāṭṭam au Kerala : concepts émiques,
travail quotidien et analyse filmique d’un coup de foudre mythique.
Pause café
11h15 IRAN FARKHONDEH (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
La tristesse et la colère contenue de Rādhā, un extrait du Gītāgovinda
de Jayadeva chorégraphié par Vidhya Subramanian
11h40 JULIE ROCTON (Aix-Marseille Université)
Interpréter deux strophes sanskrites : des traités techniques à leur usage
dans le bharatanāṭyam
Déjeuner
14h HEIDI PAUWELS (University of Washington)
The power-politics of lust and revenge in an Old Hindi performance at
the Tomara court of Gwalior
14h25 EVA DE CLERCQ (Ghent University)
Praising the patron: expressions of emotions in Raïdhū’s praśasti-s
14h50 SANDER HENS (Ghent University)
Deluded by lust: challenging the experience of sexual and martial pleasure in the performance of Rajput poetry in Tomara Gwalior
Pause café
16h FRANÇOISE NALINI DELVOYE (EPHE)
Poésie lyrique en performance dans les assemblées poétiques et musicales soufies : l’exemple du sanctuaire de Nizamuddin à New Delhi
16h25 INGRID LE GARGASSON (CREM) et SUDHANSHU SHARMA
Chant et émotion : Le concept de rasa chez les musiciens hindoustanis contemporains
Discussion et clôture de la journée
VENDREDI 9 JUIN – salle Claude Simon
9h45 STÉPHANIE TAWA-LAMA REWAL (CEIAS) et LAETITIA ZECCHINI (CNRS/THALIM)
Analyser les émotions dans les mobilisations en Asie du Sud: retour sur le programme EMOPOLIS
10h10 CLÉMENT POUTOT (Université de Caen)
Pluralisation de l’expérience émotionnelle : théorisations et usages du « Théâtre de l’opprimé » en Inde.
Pause café
11h15 AMANDINE WATTELIER-BRICOUT (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Expression d’amour et de lait maternels : le stéréotype de la lactation spontanée dans le Skandapurāṇa
11h40 SOLÈNE GAYATHRI DE BRÉBISSON (Université Grenoble Alpes)
Réalisme émotionnel et représentations de la mère dans les productions bollywoodiennes : un réalisme genré ?
Déjeuner
14h CÉDRIC FERRIER (AOROC)
Paysage et émotion dans le Meghadhūta de Kālidāsa : une lecture
géographique
14h25 SYLVAIN BROCQUET (Aix-Marseille Université)
Usage littéraire des émotions dans la littérature sanskrite : dialogue entre théorie et pratique dans le Daśakumāracarita.
14h50 ARMELLE CHOQUART (Danseuse et chorégraphe)
Poéticité du langage gestuel dans la pratique contemporaine du
bharatanāṭyam.
Discussion et clôture

Séminaire Littératures d’Asie du Sud – Teji Grover et Rustam Singh (24 mars 2017)

de 10h30 à 12h30

Ouvert à tous

BULAC salle RJ.24

65 Rue des Grands Moulins

75013 Paris

 

Teji Grover and Rustam Singh (IEA Nantes)

« Two Voices Under The Same Roof : Two Contemporary Hindi Poets »

In this presentation by two fellow Hindi poets, Teji Grover will talk about the rich literary world she inherited from her father and how, after his early death, she wandered into Hindi which was not a language she grew up with at home.  She will dwell on how she took to painting and the relationship she is trying to unearth between the two art forms, poetry and painting, with help from other poets/painters she takes her life-breath from. Rustam Singh will reflect on the origins of his urge for writing as a child being raised in an austere rural environment, when he was as deprived of the written word as he possibly could be. He will talk about how, little by little, he unearthed the inexhaustible world of poetry and was summoned into it by his own volition. Fear and a luminous darkness gripped him in the process of his discovery of writing. The talk will be followed by readings of poetry and the showing of paintings done by both poets.

Pour plus d’information ou pour ne plus recevoir de messages, écrivez à: projetdeli2015@gmail.com

Séminaire 24-03 Grover et Singh

Appel à communications

 

 Performances de la littérature en Asie du Sud, 2 : Théories et usages des Émotions

9 juin 2017

Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle

en salle Claude Simon

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

https://deli.hypotheses.org/

Présentation

Le projet DELI (« Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde ») organise le 9 juin 2017 sa 4e journée d’étude qui se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle. Intitulée « Performances de la littérature en Asie du Sud, 2 : Théories et usages des Émotions », cette journée d’étude, qui constitue le second volet de deux journées consacrées à la performance en Asie du Sud, vise à rassembler des chercheurs de diverses disciplines travaillant sur l’Asie du Sud.

Cette journée d’étude est organisée avec le soutien de l’UMR 7172 THALIM et de l’UMR 7528 Mondes iranien et indien.

Argumentaire

La première journée d’étude du projet DELI sur la performance de la littérature, tenue le 15 décembre 2016, a réuni des chercheurs de différentes disciplines et aires linguistiques autour de thématiques liées aux usages politiques de la performance en Asie du Sud. Les pistes de réflexion interdisciplinaires que cette première journée a permis d’ouvrir ont notamment fait apparaître l’importance des liens entre émotion, performance et mobilisation politique, du Telangana jusqu’au Sindh. Dans le prolongement de cette première journée, nous nous proposons de poursuivre la réflexion sur la place et la fonction des émotions dans la performance littéraire en Asie du Sud, tant au niveau théorique que pratique.

Depuis quelques décennies déjà, le tournant émotionnel ou affective turn a permis d’introduire les émotions dans le domaine des sciences humaines, offrant ainsi un nouveau champ d’étude aux sociologues, historiens ou spécialistes littéraires[1]. Les émotions font à présent régulièrement l’objet de travaux de recherche qui tentent de caractériser et de dresser les cadres théoriques d’un phénomène qui ne relève pas seulement de la psychologie individuelle mais résulte de complexes constructions sociales. Cette nouvelle attention pour la dimension affective des entreprises individuelles et collectives a notamment suscité, dans le domaine de l’Asie du Sud, les réflexions du programme EMOPOLIS (Emotion et mobilisation politique dans le sous-continent indien; CEIAS, 2012-2016) qui s’est récemment penché sur le rôle des émotions dans les mobilisations sociales et politiques.

Au-delà des sphères politiques et sociales, cependant, les émotions ont été au cœur de la théorie esthétique tant en Occident qu’en Inde. Dans ce cadre même, de nouveaux questionnements ont vu le jour, portant sur le lexique des émotions[2] ou sur leur rôle dans le potentiel d’expression littéraire[3]. S’intéressant particulièrement à la relation entre langage et émotion, l’historien et anthropologue William M. Reddy a par exemple développé le concept d’emotives, actes communicatifs qui expriment des états émotionnels et ont la capacité de transformer, susciter ou exacerber les émotions individuelles et collectives[4].

En favorisant une approche transdisciplinaire, nous souhaitons encourager les discussions autour de la relation entre deux concepts fondamentaux de la recherche contemporaine en littérature, en sociologie et en histoire : la performance et les émotions. À travers l’étude de la performance, comme le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, la récitation poétique, etc., il s’agit de confronter les théories traditionnelles, les concepts récents de la recherche et les pratiques effectives et historiques afin d’éclairer la force émotionnelle de la performance littéraire en Asie du Sud, la nature et l’impact de l’expérience esthétique, mais aussi la façon dont la performance crée et entretient des « cultures émotionnelles » qui fluctuent et résonnent différemment en fonction du contexte historique, social et anthropologique.

Axes thématiques

Pour cette journée d’étude interdisciplinaire, nous invitons les chercheurs de toutes disciplines (littérature, histoire, anthropologie, histoire de l’art, musicologie, etc.) à proposer des communications ou des créations de 20 à 25 minutes qui interrogent, illustrent et problématisent la relation entre performance littéraire et émotions en Asie du Sud. Nous prêterons particulièrement attention aux propositions portant sur les axes thématiques (non exhaustifs) suivants :

  • les concepts de bhava et rasa et la théorie et l’expérience esthétique du théâtre et de la danse en Asie du Sud ; interprétations, usages et performances des rasa selon les écoles et régions ;
  • les techniques littéraires, visuelles, vocales ou gestuelles visant à susciter, amplifier, manipuler ou contrôler des émotions collectives ; les emotives et l’effervescence collective ; le rôle social, politique et religieux des émotions ;
  • la place de l’émotion dans le jugement littéraire et esthétique ; critique ou exaltation de l’émotion suscitée par la performance littéraire ;
  • les rapports entre genres littéraires et émotions ; association de certains genres à certaines émotions (plaisir, peur, colère, tristesse, etc.) ; hybridité des genres ;
  • les émotions et les stéréotypes de genre en Asie du Sud ; les émotions « genrées ».

Les communications de la journée d’étude feront l’objet d’une publication.

Modalités d’envoi des propositions

Les propositions de communication (de 250 mots maximum) en français ou en anglais, accompagnées d’une brève notice biographique, devront être envoyées avant le 31 mars 2017 au projet DELI à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

Comité scientifique :

  • Anne Castaing (CNRS/THALIM)
  • Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle/ MII)
  • Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle/MII)

Pour plus d’information, veuillez contacter les organisateurs à l’adresse suivante : projetdeli2015@gmail.com.

 

[1] Par exemple, A. Vincent-Buffault, Histoire des larmes, XVIIIe-XIXe siècles (Rivages, 1986) ; A. Corbin, J.-F. Courtine et G. Vigarello (dir.), Histoire des émotions (Seuil, 2016).

[2] Voir M. Pernau (éd.), « Introduction: Concepts of emotions in Indian languages », Contributions to the History of Concepts, 11, 2016, 24-37 et « Emotion concepts in Urdu and Bengali », Contributions to the History of Concepts, 11, 2016, 37-106.

[3] E. Bouju, A. Gefen (ed.), L’émotion, puissance de la littérature? (Presses Universitaires de Bordeaux, 2013)

[4] W. M. Reddy, « Against Constructionism: The Historical Ethnography of Emotions », Current Anthropology, 38/3, 1997, 327-351.

Appel à communications JE 9-06-17

Séminaire Littératures d’Asie du Sud: France Bhattacharya (24 février 2017)

Au XVIIIe siècle, les maṅgalkāvya, « poèmes de bienfaisance », composés en grand nombre au Bengale depuis la fin du XVe, à la louange de diverses divinités, subirent deux transformations qui annonçaient la fin de leur rôle dominant en tant que textes dévotionnels. L’un, le Śivāyan (1711) de Rāṃeśvar Bhaṭṭācāya fit la plus grande place à un fonds narratif de tradition populaire, laukik, concernant Śiva, au détriment de la tradition puranique, au point de transformer ce dieu en un personnage folklorique. L’autre, l’Annadāmaṅgal (1752) de Bhāratcandra Rāy, introduisit dans la trame narrative du poème, traitant du couple divin Śiva-Śakti, des éléments d’histoire événementielle et le récit d’amours tumultueuses, avec une extrême sophistication de style et une moindre importance donnée à la ferveur religieuse. Une nouvelle façon d’écrire de la poésie bengalie allait bientôt voir le jour.

24-02-2017 France Bhattacharya

Littératures d’Asie du Sud : programme du 1er semestre 2017

 seminaire2017_1ers_deli

Le vendredi de 10h30 à 12h30

à la BULAC, en salle RJ24

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Ouvert à tous

 

27 janvier – Virginie Johan (Sorbonne Nouvelle) : « Les performances littéraires et textuelles du théâtre Kūṭiyāṭṭam au Kérala : dramaturgie et jeu épiques »

24 février – France Bhattacharya (INaLCO/CEIAS) : « Le dieu Śiva dans l’imaginaire des auteurs des derniers maṅgalkāvya bengalis (XVIIIe siècle) : des Purāṇa au folklore »

24 mars – Teji Grover et Rustam Singh (IEA Nantes) : « Voices Under The Same Roof : Two Contemporary Hindi Poets »

21 avril – Cécile Guillaume-Pey (EHESS) : « Inventions scripturaires et émergence d’une littérature dans des groupes tribaux (adivasi) de l’Inde »

19 mai – Sylvain Brocquet (Université d’Aix-Marseille) : « Entre épopée et poésie de cour : le poème à double sens en Inde au début du second millénaire apr. J.-C. »

Le séminaire est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

seminaire2017_1ers_deli

 

 

Séminaire Littératures d’Asie du Sud : Virginie Johan (27 janvier 2017)

sans-titre

sans-titre-2

Dans les temples du jeu (kūttampalam) du Kérala, les cycles performatifs de Kūṭiyāṭṭam durent trois à quarante et un  jours. Ils reviennent à la source des « bouts de drame » en sanskrit formant leur socle par enchâssement de récits rétrospectifs issus des épopées et purāṇa. Les maîtres acteurs-conteurs, de caste Cākyār, consignent cette dramaturgie dans leurs manuels de jeu (āṭṭaprakāram), en malayalam.

Ces textes anciens au style lacunaire et à la terminologie précise portent une dynamique ludique basée sur le suspense : l’acteur déconstruit le dialogue dramatique en restituant la simultanéité des échanges entre les rôles qu’il endosse séparément. Selon quelles combinaisons temporelles et quels protocoles de jeu ? Comment rendre compte de cette dynamique dans la traduction des textes et en images ? Nos exemples seront extraits de manuels et de performances de l’Abhiṣekanāṭaka et de l’Āścaryacūḍāmaṇi.

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

seminaire-deli-27-janvier-2017

Performances de la littérature en Asie du Sud: 1. Politiques de la performance littéraire

je_performances_15dec_2016-page-001

Journée d’étude organisée par le projet DELI

15 décembre 2016

Auditorium de la BULAC

65 rue des Grands Moulins

75013 Paris

 

Ouvert à tous

 

Programme

9h30       Ouverture de la journée

9h45 Marie Lecomte-Tilouine (CNRS/LAS) – Le « roi » et son barde au Népal           occidental, une relation politique

10h15   Julien Levesque (CEIAS/ EHESS) – Pratiquer l’identité sindhie : héroïnes littéraires, marqueurs identitaires, et invention de rituels publics

Discussion

11h-11h30 Pause café

11h30 Annie Montaut (INALCO/EHESS) – Le théâtre contemporain en Inde et la critique du mainstream culturel

12h    Nicolas Jaoul (EHESS) – Le Kabir Kala Manch, un théâtre de rue ambedkariste

Discussion

12h45 – 14h Déjeuner

14h       Serge Jacoby (INALCO) – Chants militants télougous : « Un plaidoyer social »

14h30 Eve Tignol (Paris 3/MII) – Les usages politiques de la poésie nostalgique en ourdou au sein du mouvement d’Aligarh et au-delà

15h     Anne Castaing (CNRS/THALIM) – Politiques de la performance, poétiques de la mobilisation : Madhuśālā (1935) et l’idéal gandhien de la nation

Discussion

15h45 Pot de clôture

 

Équipe du projet DELI : Anne Castaing (CNRS/THALIM), Nicolas Dejenne (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII), Claudine Le Blanc (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/CERC), Eve Tignol (U. Sorbonne Nouvelle – Paris 3/MII)

Contact : projetdeli2015@gmail.com

 

Séminaire 18 novembre 2016 : Michel Boivin

seminaire-deli-michel-boivin-18-11-2016-page-001

Séminaire mensuel DELI

Littératures d’Asie du Sud

 

Séance du vendredi 18 novembre de 10h30 à 12h30

 

Ouvert à tous

BULAC salle RJ.24, 65 Rue des Grands Moulins – 75013 Paris

Michel Boivin (CNRS/EHESS)

Dévotion et littérature sindhi d’après la collection de la British Library : une perspective anthropologique

Avec l’arrivée de l’imprimerie dans la province, et le choix du sindhī comme langue officielle en remplacement du persan à partir de 1851, la littérature sindhī a connu un essor important à  partir de la fin du XIXe siècle. Une part non négligeable de cette production est constituée de publications liées à la dévotion, envers un saint soufi ou une divinité hindoue locale comme Udero Lāl, également connu sous le nom de Daryāshāh. En se basant sur la collection de la British Library, sans doute la plus importante au monde, cette séance envisage de déchiffrer ce que ces productions littéraires peuvent nous apprendre de l’évolution de la société et de la culture religieuse du Sindh colonial.

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

Séminaire Littératures d’Asie du Sud (octobre-novembre 2016)

seminaire2016-20171_deli

Le séminaire mensuel « Littératures d’Asie du Sud » est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC et est ouvert à tous.

Programme

seminaire-deli-2016-2017-1

14 octobre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Marc Gaborieau (CNRS/EHESS)
« La transe rituelle dans l’Himalaya central » (Purusârtha 2, pp. 147-172) revisitée

Les récits chantés du Kumaon comprennent des récits guerriers/amoureux de héros profanes (dont j’ai traité l’année dernière) et des récits de divinités, dont je parle ici. Ces derniers sont exécutés au cours de cérémonies appelées jâgar, « veillées », dont le maître de cérémonie, jâgariyâ, est un barde généralement intouchable ; ils comprennent deux sous-classes. La première regroupe des récits édifiants, bhârat, narrés à la troisième personne et tirés de classiques pan-indiens comme les épopées ou la geste des yogis Kân-phatâ. La seconde comprend des récits appelés aussi jâgar : le barde s’adresse à des divinités locales à la seconde personne, leur raconte leur propre histoire et les contraint à s’incarner dans des médiums et à s’exprimer par leurs gestes et leurs paroles. J’insisterai sur cette seconde sous-classe, particulièrement sur l’histoire du dieu justicier Goril, citant notamment les travaux de Brendan Quayle (Londres), John Leavitt (Montréal) et Aditya Malik (Heidelberg/Nalanda).

18 novembre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Michel Boivin (CNRS/EHESS)
Dévotion et littérature sindhi d’après la collection de la British Library : une perspective anthropologique

Avec l’arrivée de l’imprimerie dans la province, et le choix du sindhī comme langue officielle en remplacement du persan à partir de 1851, la littérature sindhī a connu un essor important à partir de la fin du XIXe siècle. Une part non négligeable de cette production est constituée de publications liées à la dévotion, envers un saint soufi ou une divinité hindoue locale comme Udero Lāl, également connu sous le nom de Daryāshāh. En se basant sur la collection de la British Library, sans doute la plus importante au monde, cette séance envisage de déchiffrer ce que ces productions littéraires peuvent nous apprendre de l’évolution de la société et de la culture religieuse du Sindh colonial.

Pour plus d’information : projetdeli2015@gmail.com

Événements sur le Kutiyattam

Kutiyattam(Kalamandalam Rama Chakyar)2009

Le lundi 10 octobre à 16h30 à l’ARTA : projection du Documentaire Jouer le Kutiyattam avec le Maître, ZED production (Patrimoine immatériel), 2009

Ce documentaire porte sur la transmission du Kutiyattam au Kerala hier et aujourd’hui. Le maître Rama Chakyar enseigne à son disciple Sangit Chakyar dans la Maison-mère de sa lignée et à l’Ecole du Cercle des Arts (Kalamandalam), où Sangit prend sa suite. On découvre avec eux les principaux rouages de la pratique du Kutiyattam, mais aussi la vie quotidienne des maîtres et des élèves, ainsi que les longues nuits de jeu dans les théâtres anciens des temples hindous.

Ce documentaire est exceptionnellement projeté à l’ARTA, en présence de son réalisateur (sous réserve) et de son auteur et conseiller scientifique.
Une discussion avec V. Johan (auteur, conseiller scientifique, traductrice) et J. Queyrat (realisateur) suivra la projection.

http://artacartoucherie.com/fr/evenements/projection-du-film-jouer-le-kutiyattam-avec-le-maitre/

Du 24 au 28 octobre à l’ARTA : Stage de Kutiyattam avec le maître Rama Chakyar et son disciple K. Sangit Chakyar

Prière de s’inscrire rapidement si intéressé: http://artacartoucherie.com/fr/les-evenements-a-venir/kutiyattam-avec-rama-chakyar/

Le 31 octobre, La Grande Nuit du Kutiyattam au Théâtre du Soleil

de 18h30 à 9h du matin

Extraits de l’Épopée du Ramayana et de Subhadradhananjaya par la Troupe du Kerala Kalamandalam, direction Sri M.K. Raman Chakyar

http://www.theatre-du-soleil.fr/thsol/dans-nos-nefs/article/la-grande-nuit-du-kutiyattam