Porteurs du projet

  • Anne Castaing est docteur de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (littérature hindi moderne). Elle est chargée de recherche au CNRS, affectée à l’unité THALIM (Théorie et Histoire des Arts et des Littératures de la Modernité, UMR 7172), et chargée de cours à l’INALCO (Initiation aux Littératures d’Asie du Sud, en collaboration). Elle est également chercheure associée au CEIAS et à l’UMR IrAsia. Ses travaux concernent les littératures indiennes en langues vernaculaires, l’écriture littéraire de l’Histoire (nationalisme et Partition de l’Inde), les questions de genre et la théorie postcoloniale. Elle a notamment publié Ragmala, Les littératures indiennes traduites en français : une anthologie (L’Asiathèque, 2005), ouvrage collectif qui rassemble des contributions de spécialistes sur l’ensemble de la littérature moderne traduite des langues indiennes en français ; La Modernité littéraire indienne : Perspectives Postcoloniales (PUR, 2009), ouvrage dirigé avec Lise Guilhamon (UVSQ) et Laetitia Zecchini (CNRS/THALIM), qui rassemble articles originaux et textes littéraires en traductions inédites. Elle dirige actuellement un ouvrage sur la Partition de l’Inde dans la littérature et les arts. Parallèlement, elle est également traductrice littéraire du hindi, et participe à de nombreuses manifestations visant à la diffusion et à la valorisation de la littérature indienne en France (formations, événements littéraires, ateliers). http://thalim.cnrs.fr/auteur/anne-castaing
  • Nicolas Dejenne, ancien élève de l’ENS-Ulm, sanskritiste et historien de formation, est maître de conférences en histoire et traditions textuelles du monde indien à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses travaux de recherche concernent principalement les textes épiques et puraniques sanskrits et l’histoire de leurs réécritures et de leurs utilisations à des fins politico-religieuses dans l’Inde indépendante. Chercheur attaché pendant 4 ans à l’Institut français de Pondichéry, il y a contribué à la mise au point de publications numériques et va y publier au 1er semestre 2015 le volume (co-dirigé avec F. Grimal de l’EFEO) Formes et usages du commentaire dans le monde indien, recueil d’études sur un type de texte particulièrement important en Inde.
  • Claudine Le Blanc, ancienne élève de l’ENS-Ulm et agrégée de Lettres Modernes, est maître de conférences HDR en littérature comparée à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses travaux portent sur les littératures de l’Inde classique et moderne, les formes de l’oralité littéraire, épique et indienne en particulier, ainsi que sur la rencontre entre les littératures indiennes et celles de l’Occident. Elle a notamment publié : Une littérature en archipel. La tradition orale de La Bataille de Piriyapattana au Karnataka, Inde du sud (Champion, 2005) ; Histoire de la littérature de l’Inde moderne. Le roman, XIXe-XXe siècles (Ellipses, 2006) ; Les livres de l’Inde. Une littérature étrangère en France au XIXe siècle (PSN, sous presse). Enfin, Claudine Le Blanc a participé à la coordination de sections dans de grands projets éditoriaux, tels que le Dictionnaire universel des créatrices (dir. Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber, 2013), où elle a dirigé la section des littératures indiennes, ou l’Histoire des traductions en langue française, programme ANR en cours de réalisation.
  • Samuel Tronçon est philosophe, spécialiste de l’informatique et de philosophie du langage et de la logique. Plus précisément, ses travaux explorent les relations qui peuvent être établies entre informatique, linguistique et sciences sociales. Depuis 2010, il développe notamment des applications de traitement automatique du langage, des robots pour le traitement de données massives sur les réseaux sociaux et le web sémantique. Depuis 2000, il a notamment collaboré avec Pierre Livet et Jean-Yves Girard, ses deux directeurs de thèse, ainsi que Michele Abrusci, Marie-Renée Fleury, Christophe Fouqueré, Jean-Baptiste Joinet et Myriam Quatrini. Membre fondateur du groupe LIGC (Logique et interaction : vers une géométrie de la cognition), et du groupe LOCI (Locativité et interaction en informatique, linguistique et sciences sociales), créé par Alain Lecomte, qui a pour objet de développer de nouveaux modèles logiques et informatiques notamment pour l’étude du langage. Dans ce groupe, héritier de deux projets ANR (PRELUDE et LOCI), il dirigeait plus spécifiquement un axe d’étude portant sur la modélisation de l’apprentissage et des interactions sociales. En parallèle, il a aussi développé des collaborations dans le champ de l’art contemporain. D’abord avec l’artiste Christophe Bruno sur l’émergence des formes artistiques, l’exploration des tendances dans les réseaux sociaux et l’application des concepts de théorie du réseau à l’histoire de l’Art. Puis avec le réalisateur Tsai Ming-Liang pour la réalisation de son film ’Journey to the west’ à Marseille, et la curatrice Caroline Engel, pour la réalisation d’une étude sur l’innovation sociale dans le champ de l’art contemporain. Depuis 2002, Samuel Tronçon assure la direction de Resurgences, organisation sociale apprenante dans le secteur de la recherche et l’action en sciences sociales et dans le numérique. Depuis 2014, il a porté le développement du projet NETLAB, think-and-do-tank de l’innovation sociale et numérique, qui déploie notamment les recherches issues du groupe LOCI au croisement des sciences sociales, du web sémantique, du Big Data et de l’évaluation des politiques publiques.
    Publications: Marie-Renée Fleury and Myriam Quatrini and Samuel Tronçon. Dialogues in ludics. In Sylvain Pogodalla, Myriam Quatrini and Christian Rétoré. Proceedings of the colloquium in honour of Alain Lecomte. [2011]; Marie-Renée Fleury and Samuel Tronçon. Speech Acts with Ludics. In Alain Lecomte and Samuel Tronçon. Games, dialogues and interactions. Springer, 2010.
  • Eve Tignol travaille pour le projet DELI en qualité d’ingénieur d’études. Elle termine une thèse à Royal Holloway University of London sur la nostalgie chez les élites ourdouphones du Nord de l’Inde durant l’époque coloniale. Ses intérêts de recherche recouvrent l’histoire sociale, culturelle et littéraire du Nord de l’Inde et de l’Islam indien, l’histoire de la mémoire et des émotions, et la littérature en ourdou et hindi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *