Membres associés

Emilie Arrago-Boruah : Après une formation philosophique en Sorbonne (Paris IV), Emilie Arrago-Boruah s’est inscrite en DEA et en doctorat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Sa thèse d’anthropologie porte sur le culte d’une déesse hindoue et son impact sur les représentations du corps et de la sexualité en Assam. Elle travaille autour de quatre axes : la parenté et la sexualité, les pratiques magiques et d’ensorcellement, les tribunaux et l’économie religieuse, la littérature assamaise écrite et orale.

Emilie Aussant est chargée de recherche au sein du laboratoire d’histoire des théories linguistiques (UMR 7597 CNRS/Paris Diderot/Paris Sorbonne Nouvelle), qu’elle dirige depuis 2014. Elle est également membre associé au laboratoire Mondes iranien et indien (UMR 7528 CNRS/Paris Sorbonne Nouvelle/Inalco/EPHE). Ses travaux portent sur l’histoire des idées et des théories linguistiques dans l’Inde ancienne d’expression sanskrite. E. Aussant a notamment publié « Le nom propre en Inde. Considérations sur le mécanisme référentiel », 2009, Lyon, ENS Editions et « La traduction dans l’histoire des idées linguistiques. Représentations et pratiques », 2015, Paris, Geuthner.

Nalini Balbir est professeur à l’Université Paris-3 Sorbonne-Nouvelle et l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, section des sciences historiques et philologiques, et membre de l’UMR 7528 Mondes iranien et indien. Ses domaines de compétences sont les littératures en langues moyen-indiennes, incluant notamment les littératures du bouddhisme et du jaïnisme (poésie religieuse ; littérature narrative), et les littératures jaïnes en langues vernaculaires (gujarati et hindi) de l’époque médiévale.

Emilienne Baneth-Nouailhetas

Lyne Bansat-Boudon : Agrégée de grammaire, Docteur d’état, Lyne Bansat-Boudon occupe les fonctions de directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE), section des sciences religieuses, chaire des « Religions de l’Inde : Etudes shivaïtes ». Elle est également membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France (chaire d’indianisme). Sa recherche relève de la philologie sanskrite et se déploie selon deux axes principaux : le théâtre sanskrit et l’esthétique indienne, d’une part, le śivaïsme non dualiste du Cachemire, d’autre part — domaines dont ses travaux montrent également la façon dont ils s’articulent l’un sur l’autre.

Marie-Luce Barazer-Billoret : Maître de conférences en « Sanskrit et religions indiennes » à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et membre de l’UMR 7528, « Mondes iranien et indien », Marie-Luce Barazer-Billoret est spécialiste du rituel dans le śaivasiddhānta. Elle a publié, en collaboration, plusieurs éditions critiques sanskrites de traités relevant de ce courant shivaïte. Parmi ses travaux majeurs sur la littérature āgamique on citera sa traduction en collaboration avec Bruno Dagens du Rauravāgama (2000, Prix Bordin de l’AIBL), sa participation aux trois tomes de l’édition critique du Dīptāgama (2004-2009) ainsi qu’à deux tomes de l’édition critique du Sūkṣmāgama (2012, tome III à paraître en 2016).

Philippe Benoit est maître de conférences de bengali à l’Inalco, chercheur au Cerlom (Inalco) et traducteur. Il est l’auteur de traductions du sanskrit au français (Ramayana) et du bengali au français (Taslima Nasreen, Satyajit Ray, Sankar, Tagore, Bankim Chatterji), ainsi que d’articles sur la littérature bengalie médiévale (Ramayana de Krittibas), la littérature bengalie du 19 ème siècle (Vidyasagar) et du 20ème siècle (Tarashankar Banerji).

France Bhattacharya : Docteur de 3e cycle en études indiennes, Université de Paris – 3, France Bhattacharya est professeur émérite de langue et littérature bengalies, Inalco et vice-présidente de l’Inalco, 1999-2001.

Michel Boivin est directeur de recherche au CNRS et membre du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du sud, CNRS-EHESS. Formé en histoire et en études islamiques, il se situe aujourd’hui dans le champ de l’anthropologie historique et religieuse pour travailler sur les sociétés musulmanes de l’Asie du sud coloniale et postcoloniale. Il s’intéresse à la construction du savoir et à sa vernacularisation dans son interaction avec l’émergence de nouveaux groupes sociaux. Il enseigne à l’EHESS, à Sciences-Lyon et à l’université de Savoie Mont Blanc.

Rémi Bordes

Olivier Bougnot : Traducteur/interprète de bengali et chargé de cours à l’INALCO, Olivier Bougnot est spécialiste de la littérature du Bangladesh. Il travaille sur l’évolution de l’identité musulmane bengalie dans la prose, de la période pakistanaise à l’avènement du Bangladesh.

Eloïse Brac de la Perrière

Caroline Brafman est chargée de ressources documentaires à l’UMR THALIM.

Sylvain Brocquet est professeur de linguistique et civilisation indo-européennes comparées à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste de l’épigraphie de l’Inde du sud et du Bengale, ainsi que de poétique et de littérature sanskrites.

Maya Burger est professeur d’études indiennes au Département des langues et civilisations slaves et d’Asie du Sud en faculté des Lettres de l’Université de Lausanne. Ses recherches portent sur les littératures indiennes pré-modernes en langues braj et avadhī, notamment en lien avec yoga et bhakti yoga ; sur l’histoire connectée entre Inde et Europe, notamment en lien avec l’histoire du yoga étudiée dans le contexte indien et européen.

Marine Carrin : Directrice de recherche (CNRS/LISST-Centre d’anthropologie sociale), Marine Carrin est anthropologue, spécialiste de l’anthropologie de l’Inde, de l’anthropologie des savoirs et du rituel. Elle travaille notamment sur les interférences du politique et du religieux, sur deux terrains d’enquête: les « tribus » du Centre -est de l’Inde et le culte des bhûta au Karnataka.

Nadia Cattoni: Nadia Cattoni est assistante diplômée à la section de Langues et civilisations slaves et d’Asie du Sud de l’Université de Lausanne depuis 2011. Parallèlement, elle prépare une thèse de doctorat qui porte sur l’œuvre du poète Dev (brajbhasha, 17ème -18ème siècle). La thèse se focalise plus particulièrement sur l’étude des nāyikābhedas composés par Dev, genre prisé de la période du rītikāla, et spécialité du poète. De manière plus générale, les intérêts de Nadia Cattoni se portent sur la littérature de cour pré-moderne composée en brajbhasha et ses liens avec les Belles Lettres et l’esthétique sanskrites, ainsi que sur la traduction.

Tirthankar Chanda : Journaliste à RFI, Tirthankar Chanda a enseigné les littératures postcoloniales de l’Inde et de l’Afrique à l’université Paris 8 et a l’Inalco. Il est le co-auteur de Aujourd’hui l’Inde, un album illustre sur l’inde contemporaine pour les 12-16 ans.

Martine Chemana

Thomas de Bruijn est spécialiste de la littérature en Hindi moderne et péemoderne. Il a obtenu son doctorat à l’Université de Leyde, où il a aussi accompli ses études en langues et littératures de l’Asie du Sud. Il a enseigné à l’INALCO en 2004-2005, où il a obtenu son H.D.R. en 2005. Ses recherches se focalisent sur la poésie soufi en Avadhi médiéval et la littérature en Hindi contemporain, en particulier depuis la période de la Partition de 1947.Il est actuellement chercheur indépendant.

Chantal Delamourd, chercheur affiliée à l’UMR Mondes Iranien et Indien, est professeur agrégée de lettres modernes au lycée Condorcet et chargée de cours de tamoul (langue et littérature contemporaines) à l’Université Paris 8. Ses champs de recherche sont : littérature narrative et poétique tamoule contemporaine, norme et marginalité, paroles de femmes.

Françoise ‘Nalini’ Delvoye est directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section des Sciences historiques et philologiques, Paris, où elle enseigne la littérature indo-persane sur les arts performatifs à l’époque des Sultanats et dans l’empire moghol, et la poésie chantée dans la musique savante de l’Inde du Nord. Elle est rattachée à l’UMR 7528 ‘Mondes iranien et indien’ et associée à l’UMR 8564 ‘Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud’.

Alain Désoulières est maître de conférences hors classe en ourdou et Histoire de l’Inde (INALCO), associé au CERLOM (Inalco) et traducteur littéraire. Il a notamment publié une Anthologie de la poésie ourdou, Reflets du Ghazal (Buchet Chastel, 2006), le recueil Saadat Hasan Manto, Toba Tek Singh et autres nouvelles Nouvelles traduites de l’ourdou (Buchet Chastel, 2008), ainsi que de nombreux articles et contributions sur la littérature et la langue ourdoue et le cinéma indien.

Thibaut d’Hubert est professeur adjoint au SALC (South Asian Languages and Civilizations) à l’université de Chicago et chercheur associé à l’UMR 7528. Il a étudié le bengali à l’INALCO, le sanskrit à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et il est titulaire d’un doctorat en langues, civilisations et sociétés orientales de l’EPHE (École Pratique des Hautes Études). Il poursuit des recherches sur la littérature bengali médiévale et enseigne la langue et la littérature bengali, ainsi que la littérature indo-persane à l’université de Chicago.  

Marie Ferré : Formée aux métiers du livre et des arts graphiques à l’École Estienne de Paris, Marie Ferré a travaillé pour divers imprimeurs et éditeurs. Elle a intégré le CNRS en 1999 en tant que chargée des publications et de la communication visuelle au Centre d’études de l’emploi (CEE). Depuis 2004, elle exerce la fonction de concepteur graphique et éditorial dans l’unité mixte de recherche 7172 ARIAS devenue en 2014 l’UMR 7172 THALIM.

Pierre-Sylvain Filliozat

Melinda Fodor : Doctorante à l’École Pratique des Hautes Études et membre de l’UMR 7528 « Mondes iranien et indien » depuis 2010,  Melinda Fodor est spécialisée dans les genres dramatiques de l’Inde classique, plus précisément dans les sattaka (pièces de théâtre en prâkrit), ainsi que dans l’art poétique indien (kâvyâlamkâra). Elle a également travaillé (2001-06, maîtrise, TKBF, Budapest) sur la philosophie bouddhiste (en sanskrit, pâli et tibétain classique).

Claire Gallien est maître de conférences au Département d’études anglophones de l’Université Paul-Valéry Montpellier (UPVM) et est membre de l’IRCL (UMR 5186). L’Inde constitue un élément majeur de son travail de recherche portant à la fois sur l’orientalisme des XVIIe et XVIIIe siècles et sur les littératures postcoloniales. Claire Gallien travaille également sur la littérature contemporaine de langue anglaise du sous-continent indien, en particulier dans une perspective comparatiste avec la littérature arabe de langue anglaise, et prépare un numéro spécial de la revue Commonwealth Essays and Studies sur ce sujet.

Jyoti Garin : Titulaire d’un doctorat de l’INALCO sur  Le bhagat, une tradition orale sindhie, Jyoti Garin est actuellement enseignante du hindi et du sanskrit dans des associations dans le midi de la France (région PACA). Elle sillonne trois axes dans le domaine de la littérature indienne : des lectures publiques, des traductions et un site web multilingue (http://www.chatranjali.fr). Elle a publié plusieurs traductions du sindhi (la poésie de Shah Abdul Latif), du hindi (une pièce de Krishna Baldev Vaid) et de l’anglais (Girish Raghunath Karnad).

Marie-Hélène Gorisse : Chercheur en contrat post-doctoral à l’université de Gand au sein du groupe de recherche ‘Buddhist and Jaina Traditions in South and East Asia’, Marie-Hélène Gorisse travaille sur un projet de traduction de textes d’argumentation dans le Jaïnisme. Elle a soutenu une thèse de philosophie et obtenu un diplôme de Sanskrit à l’université de Lille. Son champ de compétence concerne d’une part la philosophie de la connaissance, de l’argumentation et du langage dans le Jaïnisme, ainsi que chez ses interlocuteurs bouddhiste, mīmāṃsaka ou naiyāyika ; d’autre part les textes présentant des situations concrètes de débats entre ces courants de pensée.

François Grimal

François Gros

Benjamin Guichard : Conservateur des bibliothèques, Benjamin Guichard est depuis janvier 2015 directeur scientifique de la BULAC où il a été responsable du Pôle informatique de 2011 à 2014. Agrégé d’histoire, il est également membre du secrétariat de rédaction de la revue d’histoire sociale Le Mouvement social depuis 2008.

Léticia Ibanez

Silvia d’Intino est chargée de recherche au CNRS (UMR 8210 – ANHIMA, Anthropologie et histoire des mondes antiques). Philologue classique,  son parcours se concentre depuis 1995 sur les sources védiques, et plus généralement sur la littérature et la philosophie de l’Inde ancienne. Un projet en cours, consacré à la tradition exégétique du Rigveda (VIIe-XIVe siècles), devrait permettre de mieux apprécier la réception de ce texte fondateur de la culture indienne au fil de son histoire. Parallèlement, elle mène une réflexion en Anthropologie de l’Antiquité dans le cadre du PRI (Programme de recherches interdisciplinaires) de l’EHESS « Pratiquer le comparatisme : textes, terrains, artefacts ». Ses domaines de recherche: philologie sanskrites et études védiques; poétique et herméneutique sanskrites; études comparées de l’antiquité (Grèce, Inde).

Elena Langlais est titulaire d’une licence de hindi et agrégée de Lettres Modernes. Elle a soutenu une thèse de Littérature Comparée sur les transformations et les réécritures des modèles épiques à travers l’étude de La Légende des siècles de Victor Hugo et de trois textes indiens : Meghnâdbâdh Kâbya de Michael Madhusudan Dutt, Kâmâyanî de Jayshankar Prasâd et Savitri de Sri Aurobindo. Ses recherches portent sur la poétique de l’épopée, sur la réécriture des grands mythes indiens, du Mahâbhârata et du Râmâyana, ainsi que sur les problématiques liées à la traduction du hindi en anglais et en français. Elle développe en ce moment un nouvel axe de recherche portant sur les questions écocritiques.

Soline Lau-Suchet : Archiviste-paléographe et conservateur de bibliothèques, Soline Lau-Suchet est actuellement en poste à la BULAC, chargée des collections chinoises et de la mission Coordination enseignement et recherche. Historienne, elle est membre associée de l’EA 4512 Asies (Inalco). Ses domaines de recherche sont les relations diplomatiques franco-chinoises et l’histoire des bibliothèques.

Julien Levesque

Danièle Masset (UMR 7528) est chercheur indépendant. Elle étudie les textes bouddhiques indiens et tibétains dans une perspective comparatiste et littéraire. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Les Oiseaux ne laissent pas de traces dans le ciel : images de la nature dans la poésie bouddhique indo-tibétaine, où elle s’est attachée à mettre en évidence le jeu des ressemblances et des différences existant entre les traditions indienne et tibétaine, à partir d’un corpus empruntant à des sources variées (stances du Canon pāli, poèmes sanskrits d’Aśvaghoṣa, chants de Milarépa et autres auteurs). Elle prépare actuellement une traduction de la première biographie complète du Bouddha : le Buddhacarita d’Aśvaghoṣa (début du IIe siècle de notre ère).

Fanny Mion-Mouton : Ancienne élève de l’Ecole nationale des Chartes et historienne de formation, Fanny Mion-Mouton est conservateur des bibliothèques, responsable des ressources en ligne (documentation en ligne, numérisation) à la Bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations.

Annie Montaut : Annie Montaut, rattachée au laboratoire SeDyL, UMR 8202 (INALCO/CNRS/IRD), et associée au CEIAS (EHESS/CNRS), est professeur émérite de langue et littérature hindi à l’INALCO. Outre la linguistique (env. 150 publications), elle s’intéresse aux questions de poétique et de stylistique (env. 50 publications) dans le domaine sud-asiatique et notamment hindi ainsi qu’à la traduction littéraire (15 ouvrages traduits, du hindi et de l’anglais).

Ronan Moreau : Maître de conférences au Collège de France, Ronan Moreau est co-responsable de la bibliothèque de l’Institut d’études indiennes du Collège de France. Ses travaux portent sur la littérature védique et épique sanskrite, au travers de sujets thématiques, notamment la figure et les représentations des animaux sauvages dans ces textes et dans la littérature classique sanskrite. Il s’intéresse également aux récits des voyageurs européens en Asie du Sud et du Sud-Est (16e-18e siècles), et à l’historiographie des études orientales.

Marielle Morin : Ingénieur d’études au CNRS, Marielle Morin est rattachée au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud qu’elle a retrouvé en 2014 après huit ans à l’étranger en tant qu’attachée pour le Livre et l’Ecrit (Ambassade de France en Inde, New Delhi ; Institut français d’Egypte au Caire). A ce titre, elle a travaillé avec éditeurs, auteurs et traducteurs indiens et égyptiens. Elle a également traduit près d’une dizaine de textes de littérature indienne contemporaine, de l’anglais et du bengali. Elle s’intéresse à la littérature contemporaine bengalie et indienne de langue anglaise, ainsi qu’à l’histoire du livre en Inde.

Anne Murphy: Anne Murphy est professeure au Département d’Etudes Asiatiques de la University of British Columbia. Son ouvrage The Materiality of the Past: History and Representation in Sikh Tradition (Oxford University Press, 2012) explore la construction de la mémoire des sikhs et la conscience historique dans les textes, en relation avec les représentations matérielles et les sites religieux du XVIIIe siècle à nos jours. Elle a édité un ouvrage qui y est thématiquement lié, Time, History, and the Religious Imaginary in South Asia (Routledge, 2011). Elle travaille actuellement sur la langue et la littérature panjabi dans les contextes de l’Inde, du Pakistan et de la diaspora, ainsi que sur l’histoire moderne de la langue panjabi.

Elizabeth Naudou : Maître de conférences en hindi et civilisation indienne au département des Etudes Asiatiques (AMU), membre statutaire de l’IrAsia

Daniel Negers : Daniel Negers est maître de conférences (langue télougoue) à l’INALCO depuis 2006. Il est rattaché au laboratoire de recherche UMR 245-CESSMA (INALCO) et associé à l’UMR 8564 (CEIAS-EHESS/CNRS, ainsi qu’au CERLOM (INALCO). Il travaille sur les formes de l’expression littéraire en milieu télougou du point de vue du contenu, de leur signification socio-culturelle (place de ces formes et résonances idéologiques dans le système de production esthétique de la langue) ainsi que sur les questions de la beauté et de la sensibilité dans les processus de la traduction littéraire.

Jérôme Petit

Georges-Jean Pinault est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, section des Sciences historiques et philologiques, titulaire de la chaire de « Philologie des textes bouddhiques d’Asie Centrale ». Il travaille notamment sur la littérature védique, la littérature en sanskrit bouddhique et la littérature des langues du bouddhisme en Asie Centrale (tokharien,…).

Marie-Claude Porcher

Nicola Pozza est maître d’enseignement et de recherche (maître de conférences) à l’université de Lausanne, où il enseigne la langue hindi et dirige des séminaires sur la littérature hindi et son histoire. Suite à une thèse de doctorat sur « Le thème de la liberté chez Agyeya » et des recherches portant sur l’Inde du 20e siècle dans ses développements littéraires, religieux et intellectuels, il se concentre maintenant sur les pratiques et théories de la traduction ainsi que sur la littérature de voyage hindi. Il se consacre également à la traduction de fictions hindi modernes (Agyeya, Geetanjali Shree, Rahi Masoom Raza).

Pascale Rabault-Feuerhahn est chargée de recherches au CNRS (CR1), UMR 8547 Pays germaniques – Transferts culturels (CNRS/ENS). Ses thématiques de recherche sont : l’histoire transnationale des études orientales (aspects intellectuels, sociaux et institutionnels); les découpages disciplinaires et découpages du monde; l’histoire du comparatisme dans les sciences humaines; l’histoire des études postcoloniales.

Isabelle Ratié

Francis Richard

Mariette RobbesAprès un Master 2 professionnel Monde du livre et un DU de Civilisation indienne, Mariette Robbes travaille actuellement comme chargée de projets à l’Association internationale des libraires francophones. Son mémoire de recherche intitulé Editer pour la jeunesse en Inde : contexte, enjeux et politiques éditoriales lui permet de se spécialiser sur la structuration économique de la chaîne du livre en Inde. Champs de recherche : édition indépendante en Inde, Littérature jeunesse en Inde, réception de l’édition indienne en France. 

Sneharika Roy: Actuellement enseignante en littérature anglaise et comparée à l’Université Américaine de Paris, ses recherches portent sur l’épopée postcoloniale, qui de par sa portée transnationale représente un véritable changement de paradigme au sein du genre épique national. Elle a publié sur William Faulkner, Shashi Tharoor, Derek Walcott et Édouard Glissant dans Journal of Postcolonial Writing et Commonwealth Essays and Studies, entre autres. Ses recherches actuelles sont consacrées à l’œuvre d’Amitav Ghosh, en particulier la convention épique de la généalogie dans ses sagas diasporiques.

Catherine Servan-Schreiber est chercheur au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, et chargée de cours à l’INALCO où elle enseigne les grands textes des  courants mystique hindous et soufis de l’Inde médiévale . Formée à l’étude des langues médiévales indiennes (braj, avadhi, bhojpuri), elle s’est spécialisée dans la littérature bhojpurie de l’Inde du Nord sous ses formes écrites et de tradition orale. Un second volet de sa recherche concerne les littératures indiennes de diaspora dans la mesure où le bhojpuri a connu aussi un destin littéraire hors de l’Inde (Ile Maurice, Trinidad, Surinam, Iles Fidji….).

Elisabeth Sethupathy est maître de conférences de tamoul à l’INALCO, équipe de recherche LACITO, et chercheur associé à l’Institut Français de Pondichéry.

Fabrizio Speziale : Maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Champs de compétences: littérature persane d’Asie du sud, littérature ourdou.

Judit Törzsök : Maître de conférences en sanskrit au département de Langues et cultures antiques à l’Université Charles-de-Gaulle—Lille III, Judit Törzsök est membre de l’UMR 7528 « Mondes iranien et indien ». Ses champs de recherche sont la littérature tantrique shivaïte et śākta jusqu’aux XIIème siècle, le purāṇa shivaïte, le théâtre sanskrit classique et kāvya, le shivaïsme ancien au pays tamoul (Tēvāram).

Uthaya Veluppillai : Maître de conférences en tamoul, Département d’Asie du Sud, INALCO

Julie Vig : Chargée de cours à l’Université du Québec à Montreal, est actuellement doctorante à la University of British Columbia, sous la direction du Pr Anne Murphy. Son projet de thèse porte sur les littératures sikhe et panjabi du XVIIIe siècle au Panjab et leurs interactions avec les traditions indo-persanes et les littératures produites en brajbhasha dans divers contextes religieux et culturels. Elle est également chercheure associée au Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa Diaspora (CERIAS) à Montréal.

Dominique Vitalyos : Traductrice littéraire de l’anglais et du malayalam pour le domaine indien, Dominique Vitalyos a traduit plus d’une quarantaine d’ouvrages et de textes, parmi lesquels des auteurs majeurs de la littérature keralaise (O.V. Vijayan, V.M. Basheer, Kamala Das, Shankara Kurup, Ayyappa Paniker…). Elle continue de passer plusieurs mois par an au Kerala et vit le reste du temps à Marseille. Un manuel d’étude du malayalam pour les francophones, commencé à son retour d’Inde en 1993, ressortira bientôt de ses tiroirs pour être remis en chantier.

Laetitia Zecchini : Laetitia Zecchini est chargée de recherche au CNRS (UMR 7172, THALIM). Ses recherches et travaux portent sur la poésie indienne contemporaine, la politique de la littérature et la pensée postcoloniale comme invitation au décentrement du regard. Elle travaille actuellement sur les questions de censure et de régulation artistique et culturelle en Inde, sur une anthologie de poésie indienne contemporaine traduite en français et sur un numéro spécial du Journal of Postcolonial Writing (« The Worlds of Bombay Poetry »). Elle a récemment coordonné, avec Claire Joubert, le programme de recherche « Problèmes d’histoire littéraire indienne » dont les travaux sont à paraître dans la Revue de Littérature Comparée.

Inès G. Zupanov

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *