Séminaire Littératures d’Asie du Sud: France Bhattacharya (24 février 2017)

Au XVIIIe siècle, les maṅgalkāvya, « poèmes de bienfaisance », composés en grand nombre au Bengale depuis la fin du XVe, à la louange de diverses divinités, subirent deux transformations qui annonçaient la fin de leur rôle dominant en tant que textes dévotionnels. L’un, le Śivāyan (1711) de Rāṃeśvar Bhaṭṭācāya fit la plus grande place à un fonds narratif de tradition populaire, laukik, concernant Śiva, au détriment de la tradition puranique, au point de transformer ce dieu en un personnage folklorique. L’autre, l’Annadāmaṅgal (1752) de Bhāratcandra Rāy, introduisit dans la trame narrative du poème, traitant du couple divin Śiva-Śakti, des éléments d’histoire événementielle et le récit d’amours tumultueuses, avec une extrême sophistication de style et une moindre importance donnée à la ferveur religieuse. Une nouvelle façon d’écrire de la poésie bengalie allait bientôt voir le jour.

24-02-2017 France Bhattacharya


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *