Séminaire Littératures d’Asie du Sud : Virginie Johan (27 janvier 2017)

sans-titre

sans-titre-2

Dans les temples du jeu (kūttampalam) du Kérala, les cycles performatifs de Kūṭiyāṭṭam durent trois à quarante et un  jours. Ils reviennent à la source des « bouts de drame » en sanskrit formant leur socle par enchâssement de récits rétrospectifs issus des épopées et purāṇa. Les maîtres acteurs-conteurs, de caste Cākyār, consignent cette dramaturgie dans leurs manuels de jeu (āṭṭaprakāram), en malayalam.

Ces textes anciens au style lacunaire et à la terminologie précise portent une dynamique ludique basée sur le suspense : l’acteur déconstruit le dialogue dramatique en restituant la simultanéité des échanges entre les rôles qu’il endosse séparément. Selon quelles combinaisons temporelles et quels protocoles de jeu ? Comment rendre compte de cette dynamique dans la traduction des textes et en images ? Nos exemples seront extraits de manuels et de performances de l’Abhiṣekanāṭaka et de l’Āścaryacūḍāmaṇi.

Pour plus d’information: projetdeli2015@gmail.com

seminaire-deli-27-janvier-2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *