Séminaire Littératures d’Asie du Sud (octobre-novembre 2016)

seminaire2016-20171_deli

Le séminaire mensuel « Littératures d’Asie du Sud » est organisé par le projet DELI en collaboration avec la BULAC et est ouvert à tous.

Programme

seminaire-deli-2016-2017-1

14 octobre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Marc Gaborieau (CNRS/EHESS)
« La transe rituelle dans l’Himalaya central » (Purusârtha 2, pp. 147-172) revisitée

Les récits chantés du Kumaon comprennent des récits guerriers/amoureux de héros profanes (dont j’ai traité l’année dernière) et des récits de divinités, dont je parle ici. Ces derniers sont exécutés au cours de cérémonies appelées jâgar, « veillées », dont le maître de cérémonie, jâgariyâ, est un barde généralement intouchable ; ils comprennent deux sous-classes. La première regroupe des récits édifiants, bhârat, narrés à la troisième personne et tirés de classiques pan-indiens comme les épopées ou la geste des yogis Kân-phatâ. La seconde comprend des récits appelés aussi jâgar : le barde s’adresse à des divinités locales à la seconde personne, leur raconte leur propre histoire et les contraint à s’incarner dans des médiums et à s’exprimer par leurs gestes et leurs paroles. J’insisterai sur cette seconde sous-classe, particulièrement sur l’histoire du dieu justicier Goril, citant notamment les travaux de Brendan Quayle (Londres), John Leavitt (Montréal) et Aditya Malik (Heidelberg/Nalanda).

18 novembre 2016
10h30-12h30, BULAC – 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris, salle RJ.24

Michel Boivin (CNRS/EHESS)
Dévotion et littérature sindhi d’après la collection de la British Library : une perspective anthropologique

Avec l’arrivée de l’imprimerie dans la province, et le choix du sindhī comme langue officielle en remplacement du persan à partir de 1851, la littérature sindhī a connu un essor important à partir de la fin du XIXe siècle. Une part non négligeable de cette production est constituée de publications liées à la dévotion, envers un saint soufi ou une divinité hindoue locale comme Udero Lāl, également connu sous le nom de Daryāshāh. En se basant sur la collection de la British Library, sans doute la plus importante au monde, cette séance envisage de déchiffrer ce que ces productions littéraires peuvent nous apprendre de l’évolution de la société et de la culture religieuse du Sindh colonial.

Pour plus d’information : projetdeli2015@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *